LE FIL

Co-recherche

29 groupes de viticulteurs contre le dépérissement

Mardi 28 novembre 2017 par Marion Sepeau Ivaldi

L'esca est l'une des maladies concernées par le plan de lutte contre le dépérissement du vignoble.L'esca est l'une des maladies concernées par le plan de lutte contre le dépérissement du vignoble. - crédit photo : Mercier
Depuis le début de l’automne, des groupes de viticulteurs sont en train de se former. Objectif : identifier des pratiques efficaces contre le dépérissement ou tester des pistes de recherche.

Si le grand chantier du plan de lutte contre le dépérissement est bien connu pour ses neufs programmes de recherche, il a une facette moins connue : celle de l’implication des viticulteurs. Le plan est en effet novateur en cela qu’il ne veut pas laisser les principaux intéressés sur le bord de la route et qu’il cherche à créer des passerelles étroites entre les laboratoires et les domaines viticoles. C’est dans cet optique que des groupes de viticulteurs sont peu à peu en train d’être créés dans quatre régions : les Charentes, le Val de Loire, le Rhône et la Provence. « Au total, 29 groupes devaient être constitués en fonction des thématiques de travail ou de leur unité géographique » explique Anastasia Roque, chargée d’études en viticulture à la Chambre d’agriculture d’Indre-et-Loire.

Mises en pratiques

Ces groupes auront pour mission soit de tester des projets de recherche en cours et ainsi de mener de petits essais. « Il s’agit de mises en pratiques assez simple, de comparaison pratique » précise Anastasia Roque. Les groupes pourront également permettre de faire émerger et de tester des pratiques innovantes qui ont été mises au point par des vignerons. En clair, explique Anastasia Roque, il s’agit de mettre en œuvre une « co-construction entre le secteur de la recherche et les vignerons ».

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé