LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Occitanie

Comment la région s’empare des défis de la viticulture

Lundi 27 novembre 2017 par Marion Sepeau Ivaldi

René Moréno lors de son intervention en assemblée plénière du conseil régional d'Occitanie, le 3 novembre dernier.
René Moréno lors de son intervention en assemblée plénière du conseil régional d'Occitanie, le 3 novembre dernier. - crédit photo : Moréno
Interview de René Moréno, vigneron coopérateur, et conseiller régional d’Occitanie sur la politique régionale menée en faveur de la viticulture.

Comment la région souhaite-t-elle apporter sa pierre à la transmission des exploitations viticoles ?

Dans le cadre du volet agricole du SRDEII, adopté par l’assemblée plénière du 2 février 2017, quatre priorités ont été définies. La première vise le renouvellement des agriculteurs en Occitanie. La transmission est donc très présente dans la stratégie agricole régionale. Pour rappel, 39 % des exploitants de notre région ont plus de 55 ans. Il y a 35 % de cédants qui n’ont pas de repreneurs. 60 % des installations s’effectuent hors DJA. Et globalement, l’accès au foncier est de plus en plus difficile.

Cette volonté clairement affirmée et ce constat posé, comment pouvons-nous agir ? En 2018, nous allons engager une réflexion pour mettre en place un fonds régional sur le foncier agricole, auquel nous associerons tous les partenaires intéressés tels que la SAFER, Coop de France, la Chambre régionale d’Agriculture, le secteur bancaire. L’idée serait de mettre en place un fonds public/privé qui facilite le financement de l’installation et de la transmission, notamment grâce à des garanties d’emprunt. Nous souhaitons également lancer en 2018 un appel à projet à destination des organismes d’appui à l’installation et la transmission. L’objectif est de promouvoir l’accès à l’installation, de mobiliser les acteurs des territoires pour encourager les initiatives. Cet appel à projet pourrait avoir vocation à être reconduit en 2019 et 2020.

 

Comment la région projette-t-elle de soutenir économiquement les exploitations viticoles ?

Lors de la présentation de ses orientations budgétaires 2018, le 3 novembre à Montpellier, la région Occitanie a annoncé la mise en place deux outils de soutiens financiers au secteur agricole et viticole. Le premier est baptisé « pass agro-viti dynamique ». Il est destiné à soutenir des investissements matériels et immatériels dans les PME et TPE. Il est doté d’un budget d’un million d’euros par an pour une aide plafonnée par entreprise à 20 000 euros (pour un total de dépenses éligibles de 60 000 euros). Le second outil est le « contrat agro-viti stratégique ». Il vise à accompagner les projets structurants de la région et s’adresse à des entreprises portant des projets de 3 à 5 ans en vue par exemple de conquérir de nouveaux marchés qu’ils soient locaux ou internationaux. Il prend la forme d’une avance remboursable ou de subvention. Il est calculé sur un prévisionnel de dépenses de 24 mois avec un plafonnement calculé suivant la typologie des entreprises.

 

Un enjeu majeur de pérennité des exploitations viticoles est l’accès à l’eau. Comment la région aborde-t-elle ce sujet ?

Avec le changement climatique, le développement de l’irrigation est un enjeu déterminant pour la viticulture régionale. Il faut savoir que 8,3 % de la surface agricole utile de l’Occitanie soit plus de 262 000 ha est irriguée. Les demandes déposées concernent 21 000 hectares. Aqua Domitia répond à 6 000 hectares dans le cadre de la programmation européenne 2014-2020. Un dossier a été déposé pour 4 000 hectares supplémentaires par la présidente. Nous sommes optimistes quant à son acceptation.

La région se positionne également dans une réflexion prospective, baptisée H2O 2030. Débutée en septembre 2016, ce travail doit aboutir cette fin d’année par la définition de scénarii d’interventions. Actuellement, un diagnostic a été rédigé. Cette réflexion intègre tous les besoins en l’eau de notre territoire : agricoles, eau potable, touristiques, production d’énergies renouvelables… Actuellement, sur 1,6 milliard de m3 d'eau prélevés annuellement en Occitanie, 42 % sont consacrés à l'agriculture, 38 % à l'eau potable et 20 % à l'industrie. Par ailleurs, le plan cherche à trouver le juste équilibre entre les utilisations humaines de l’eau et la protection des milieux aquatiques.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé