LE FIL

Cordon rouge

L’interprofession du Cognac présidée par Patrick Raguenaud

Mardi 14 novembre 2017 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 16/11/2017 07:47:54

Si le négoce Grand Marnier est lié par contrat avec 450 viticulteurs et 200 bouilleurs de crus, sa particularité est de posséder 200 hectares d’orangers à Haïti. Dont les écorces sont la clé de la recette de sa liqueur.Si le négoce Grand Marnier est lié par contrat avec 450 viticulteurs et 200 bouilleurs de crus, sa particularité est de posséder 200 hectares d’orangers à Haïti. Dont les écorces sont la clé de la recette de sa liqueur. - crédit photo : Marnier Lapostolle
Figure charentaise connue pour la finesse de son analyse autant que de sa moustache, le négociant commence son mandat avec la mission de réviser le business plan.

Fin d’année électorale à Cognac. L’assemblée plénière du Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC) vient d’élire à sa présidence Patrick Raguenaud. Directeur des sites de production de la société Grand Marnier Lapostolle (groupe Campari, depuis 2016), le négociant est le cinquième acheteur de cognacs en volume (derrière les maisons Hennessy, Martell, Rémy Martin et Courvoisier). Patrick Raguenaud succède au viticulteur Jean-Bernard de Larquier, ce qui n’est pas une première, le négociant ayant repris le mandat du premier en 2012 à la présidence du Comité National du Pineau des Charentes. Les deux hommes étant liés par un même cordon rouge, Jean-Bernard de Larquier étant le président de la Sica Cognac, la coopérative d'approvisionnement de Grand Marnier en Cognac.

Le mandat de trois ans de Patrick Raguenaud commence par la révision triennale du Business Plan, feuille de route stratégique qui dimensionne sur quinze ans l’offre viticole à la demande commerciale. La mise à jour de ses indicateurs doit prendre en compte les dernières évolutions du marché, particulièrement positives depuis le début d’année. En témoignent les tensions sur les VS de Hennessy, qui ne cache pas sa volonté d’accélérer le rythme des nouvelles plantations.

Carte charentaise

La vice-présidence du BNIC revient quant à elle au bouilleur de cru Christophe Forget, qui aura notamment été le premier président de l’Union Générale des Viticulteurs pour l'Appellation Cognac (UGVC). Le syndicaliste viticole succède au maître assembleur de Hennessy, Yann Fillioux, qui vient de prendre sa retraite.

À noter un autre changement de tête au BNIC : le logo même de l’interprofession, jouant, au sens propre, la carte charentaise.

 

Oubliée la référence chargée de texte au verre tulipe de l'ancien logo (à gauche), la nouvelle identité du BNIC se revendique en toute simplicité de la carte et du terroir (à droite).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé