LE FIL

Des utilisateurs satisfaits

Bon démarrage du biocontrôle chez Syngenta

Vendredi 10 novembre 2017 par Bertrand Collard

De gauche à droite : Philippe Bandiera, directeur marketing, Anne Sophie Laurent-Legal, chef de marché fongicides céréales, Didier Bruxelles, chef de marché herbicide maïs, Muriel Maes, chef de marché vigne arbo et François-Xavier Bauer, responsable agriculture durable de Syngenta.
De gauche à droite : Philippe Bandiera, directeur marketing, Anne Sophie Laurent-Legal, chef de marché fongicides céréales, Didier Bruxelles, chef de marché herbicide maïs, Muriel Maes, chef de marché vigne arbo et François-Xavier Bauer, responsable agriculture durable de Syngenta. - crédit photo : B. Collard
Selon Syngenta, les premiers utilisateurs de Bastid/Blason sont satisfaits de ce nouveau produit de biocontrôle et prêts à le réutiliser.

Pour leur première campagne d’utilisation, Redeli et Bastid/Blason ont été appliqués sur 150 000 ha, un chiffre très satisfaisant pour Syngenta, la firme qui les commercialise.

A LIRE AUSSI

Lutte contre le mildiou et l’oïdium
Syngenta présente son produit de biocontrôle
Agro-environnement
Un premier salon dédié au biocontrôle

"Stimulateurs des défenses"

Redeli et Bastid/Blason sont deux stimulateurs des défenses de la vigne, le premier contre le mildiou, le second contre le mildiou et l’oïdium. Tous deux s’emploient avec un fongicide classique à dose réduite.

Le 9 novembre, lors d’une conférence de presse, Syngenta a dévoilé les résultats d’une enquête de satisfaction réalisée auprès de 176 utilisateurs de Bastid/Blason qui l’ont appliqué une à deux fois sur 4700 ha.

« 75% d’entre eux sont satisfaits ou très satisfaits. 84 % sont prêts à le recommander à des collègues et 91% prévoient de le réutiliser, assure Muriel Maes, chef de marché vigne arbo chez Syngenta. Ils l’ont acheté parce qu’il est sans classement, sans LMR et d’origine naturelle. Ce produit contribue à donner une image positive des viticulteurs. »

"Communication sur papier glacé"

Pour les aider dans leur communication, Syngenta diffuse un dépliant en accordéon sur papier glacé dénommé « Je biocontrôle ma vigne ». Il s’agit d’une BD en cinq vignette où un viticulteur explique qu’il emploie des substances naturelles en complément des fongicides pour protéger ses vignes.

« La pression sociétale est la première motivation qui pousse les agriculteurs à se lancer dans le biocontrôle, observe Muriel Maes. Ces produits sont vecteurs d’image. Ils permettent aux agriculteurs de communiquer sur des changements de pratiques. Nous leur proposons donc des solutions pour qu’ils puissent répondre à ces mutations. »

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé