LE FIL

Innovation

Trois start-ups à découvrir sur le salon

Vendredi 24 novembre 2017 par Juliette Cassagnes/Christelle Stef

La tuile Symbio est un pailli pérenne
La tuile Symbio est un pailli pérenne - crédit photo : Irstea
Le Sitévi organise un village des start-ups avec une dizaine d’entreprises représentées dans le hall B6. Rencontre avec trois d’entre-elles.

Tuile Symbio, le paillage longue durée

Belle idée que le paillage des rangs ! Hélas, les paillis disponibles à ce jour ont une durée de vie limitée. Au bout de deux ou trois ans au mieux, ils ont disparu. Ne reste plus qu’à les renouveler ou à désherber à nouveau avec un herbicide, une lame ou une pioche.
Inovinéa a donc mis au point un paillis pérenne : la tuile Symbio.  Fabriquée en polypropylène recyclé et opaque, « elle dure une trentaine d’années », affirme Patrick Rosique, chef de projet à l’Irstea, qui la teste depuis deux ans.

Rappelant les tuiles canal, il s’agit de petits modules qui s’installent juste après la plantation. Ces éléments de 1 mètre de long sur 40 cm de large se placent les uns à la suite des autres, en rang. Ils sont percés de demi-cercles à chaque extrémité pour laisser passer les pieds de vigne et d’un orifice central pour les piquets. Les petites rainures et la rigole creusée dans la tuile pour recevoir le goutte-à-goutte récupèrent et canalisent les pluies vers les ceps. « Cela valorise les petites pluies », explique Patrick Rosique.

En période estivale, la tuile réduit la température du sol de 2 à 3 °C aux heures les plus chaudes. Ces 2 à 3 °C sont restitués la nuit. Comme la surface supérieure de la tuile n’est pas en contact avec le sol (il y a un espace de 2 à 3 cm), l’air circule. « Cela garde l’humidité et évite l’asphyxie du sol, tout en favorisant l’activité biologique. »

La tuile Symbio a une efficacité de 100 % sur les adventices, selon Patrick Rosique, lorsqu’elle est posée sur un sol nu. Elle empêche alors toute repousse. Sur un sol enherbé, l’efficacité tombe à 80 %. Si du liseron est présent au moment de l’installation, il blanchira sous la tuile et finira par trouver un chemin pour sortir.
La commercialisation devrait démarrer courant 2018. Côté prix, comptez autour de 15 000 €/ha pour une plantation de 5 000 pieds/ha.

 

Chouette garde un œil artificiel sur votre vignoble

Start-up née en juin 2015 en région parisienne, Chouette propose un service de surveillance des maladies au moyen d’un drone et d’une plateforme web. Il s’agit d’abord de survoler les rangs de vigne avec le drone, afin d'enregistrer des images grâce à une caméra multispectrale de 2 mm de précision. Le drone navigue de façon autonome. Une fois cette étape achevée, l'appareil revient puis est installé sur sa station de recharge. Les données sont alors transférées vers un serveur, puis analysées par un système d'intelligence artificielle « deep learning, Gaïa ». Les images sont ensuite restituées à l'utilisateur sous forme d'une carte, sur une plate-forme web, accessible depuis n'importe quel appareil : les symptômes de mildiou, la vigueur et les manquants, peuvent ainsi être détectés et estimés précocement, selon l'entreprise.

Un accès du site internet sur smartphone ou tablette, grâce à une application et à la géolocalisation, permet ensuite à l'utilisateur de se rendre sur le terrain et constater les pieds qui posent problème.

Le drone, un quadricoptère, est doté d'une autonomie d'une heure et peut couvrir jusqu'à 5 ha avant de devoir être rechargé. La formule d'abonnement proposée coûte entre 10 et 30 € par mois à l'hectare.  L'entreprise annonce par ailleurs être en mesure de détecter prochainement la flavescence dorée, l'esca et les carences, courant 2018. Charles Nespoulous et Cyril de Chassey, deux ingénieurs issus d'Airbus, en sont les fondateurs.

 

Visio Green Agriculture connecte la viticulture

Les solutions proposées par Visio Green agriculture permettent, grâce à des capteurs, de suivre la température et l'humidité de l'air et du sol, la météo d'une parcelle, la consommation énergétique d'eau et d'électricité, les niveaux des cuves de fuel, d'azote, ou encore toute installation électrique, en temps réel. La station météo connectée mesure les paramètres suivants : température, hygrométrie, pression, pluviométrie, vitesse du vent.

Les données mesurées sont envoyées plusieurs fois par heure sur une plate-forme consultable sur ordinateur ou smartphone. L'outil permet aussi de recevoir des alertes et de piloter à distance certains appareils, de façon manuelle ou automatisée.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé