Accueil / Gens du vin / Le père des Vignerons indépendants s'est éteint

Défenseur des Isolés
Le père des Vignerons indépendants s'est éteint

Charles Ramirès, vigneron de l'Aude, vient de disparaître à l'âge de 97 ans. C'est à lui que le mouvement des Vignerons indépendants doit son existence.
Par Marion Sepeau Ivaldi Le 07 novembre 2017
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le père des Vignerons indépendants s'est éteint
Charles Ramires s'était installé dans les années 1960 après avoir quitté l'Algérie où il vécu dans un village situé au Sud-est d'Oran. - crédit photo : La rochelière
U

ne date reste dans la mémoire collective des vignerons indépendants : le 4 janvier 1976. Ce jour-là, Charles Ramirès, vigneron de l’Aude, et quelques comparses, réunissent plus de 500 vignerons pour procéder à la création des Caves Particulières, mouvement qui donnera naissance à celui des Vignerons indépendants. À cette époque la viticulture languedocienne traverse une grave crise : le vignoble n’est plus adapté au marché, la concurrence étrangère fait rage, et les revenus s’amenuisent. Si le mouvement coopératif a su créer une organisation solide, les caves particulières n’ont pas de représentants.

Défendre les caves particulières

« L’idée de Charles Ramirès est de fédérer ces vignerons indépendants que l’on appelait alors les « Isolés ». C’est un mouvement qui n’a pas été créé contre les coopératives mais en complémentarité. Et le plus dur combat a été de convaincre l’administration et les politiques de la représentativité de notre mouvement » explique Jean-Marie Fabre, président des Vignerons indépendants de l’Aude. Car, le mouvement cherche à faire en sorte que les mesures de soutiens nationaux et européens soient aussi fléchées vers les caves particulières. « Étant donné leur manque de regroupement, les Isolés n’étaient pas pris en compte dans les dispositifs d’aides » précise Jean-Marie Fabre.

Après la création de la Fédération audoise, Charles Ramirès prendra son bâton de pèlerin pour convaincre les départements français de créer leur propre mouvement. « Il plaidait pour un fédéralisme mais pas une uniformisation. Il s’agissait d’un mouvement unifié riche de ses différences » souligne Jean-Marie Fabre. L’argumentation plaira et permettra d’aboutir en juin 1978 à la création de la Confédération nationale des caves particulières, mère de l’actuel mouvement des Vignerons indépendants de France.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
R?gine LE COZ Le 07 novembre 2017 à 07:05:01
RIP à un grand Monsieur visionnaire
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé