Accueil / Commerce/Gestion / La plus petite vendange alsacienne des 33 dernières années

Millésime 2017
La plus petite vendange alsacienne des 33 dernières années

Réduites par le gel printanier et hâtées par l'humidité automnale, les vendanges alsaciennes sont en repli de 26 % cette année.
Par Alexandre Abellan Le 30 octobre 2017
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La plus petite vendange alsacienne des 33 dernières années
Signe de la précocité du millésime 2017, le CRINAO d’Alsace a fixé le début des vendanges de l’AOC Crémant d’Alsace au 24 août, quand les Vendanges Tardives ont pu débuter dès le 13 septembre. - crédit photo : CIVA (Didier Jean)
E

n 2017, le vignoble alsacien aurait produit 850 000 hectolitres, selon le Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace (CIVA). En chute de 26 % par rapport à la vendange « normale » de l’an passé, ce niveau de production est historiquement bas. Pour retrouver une moindre récolte, il faut remonter dans les annales à 1984 (800 000 hl). Même si la petite récolte 2009 s’en approchait (avec 900 000 hl).

Ce bas niveau est aussi historique que le gel qui l’a causé, touchant un tiers des vignes alsaciennes. Les gelées des 20 et 21 avril ont touché 4 500 hectares selon le CIVA, qui précise que « 1 500 ha ont été gelés à plus de 80 % ». Hétérogènes, les dégâts concernent d’avantage le Haut-Rhin que le Bas-Rhin*. À l’origine de ces importants dégâts, la précocité du millésime s’est maintenue sur la campagne viticole, l’essentiel des vendanges étant globalement rentré à la fin septembre. Les pluies de la rentrée accélérant le mouvement.

L’état sanitaire s’est dégradé en fin de vendange

« À la fin du mois d’août, l’état sanitaire des raisins était excellent » souligne un communiqué du CIVA, concédant que « si le mildiou a généré quelques dégâts, c’était sans commune mesure avec ceux de 2016. Quant au botrytis, les foyers ont été limités à quelques parcelles. » Estimant à 861 000 hl la récolte alsacienne, la dernière note de l’Agreste donne un son de cloche légèrement différent, estimant que « la pourriture s’est installée à la faveur d’un climat plus humide en Alsace, et a conduit à avancer les vendanges. »



* : « Dans le Bas-Rhin, les dégâts sont surtout concentrés sur les communes de Châtenois et de Scherwiller » résume Jérôme Bauer, le président de l’Association des Viticulteurs d’Alsace, dans son dernier édito des Vins d’Alsace.

A lire aussi

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé