Accueil / Politique / Opération coup de poing à l'Agence des services et de paiement

Gard
Opération coup de poing à l'Agence des services et de paiement

Une soixantaine de viticulteurs s'était donné rendez-vous le 18 octobre pour réclamer le paiement de leurs aides à l'Agence des services et de paiement de Nîmes.
Par Marion Sepeau Ivaldi Le 19 octobre 2017
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Opération coup de poing à l'Agence des services et de paiement
Xavier Fabre, porte-parole du Syndicat des vignerons du Gard, à la sortie de son entrevue avec le directeur de la DDTM et de l'ASP. - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi
A

ccueillis par environ une douzaine de fourgons de la police, une soixantaine de viticulteurs gardois se sont rassemblés le 18 octobre devant l’Agence de services et de paiement (ASP) de Nîmes à l’appel du Syndicat des vignerons du Gard. Dans une ambiance calme et conviviale (avec plateaux de charcuteries et bag-in-box pour patienter), les viticulteurs avaient un objectif : obtenir le paiement de leurs aides (restructuration, MAEC…) non versées et datant de 2015 et 2016. Après une heure d’attente environ, quatre d’entre eux, dont Anthony Bafoil et Xavier Fabre, porte-parole du Syndicat, ont été reçus par le directeur de la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) et le directeur de l’ASP. S’ils n’ont pas obtenu le versement immédiat des aides, fait qu’a fustigé Xavier Fabre à la sortie de l’entrevue, ils sont repartis avec la liste des viticulteurs qui recevront le règlement des aides de 2015. « Cela permet de donner de la visibilité pour parler avec les banquiers » reconnaît Xavier Fabre, qui dénonce cependant un « fonctionnement où les viticulteurs sont les banquiers de l’État ». Le paiement des aides 2016 interviendra début 2018, leur a-t-on indiqué sans plus de précisions.

Versements anticipés

Ces réponses leur ont été données alors qu’une réunion avec le Préfet avait eu lieu le 16 octobre, jour au cours duquel, une avance sur le paiement des aides a été réalisée. Mais, ce geste de l'administration est loin de satisfaire les viticulteurs. « On ne sait pas à quoi correspond ce versement » indique Ludovic Armand, viticulteur à Saint-Michel d’Euzet, en attente d’un versement de 10 000 à 15 000 euros de prime à la restructuration. Il ne plantera pas cette année, découragé par la situation. Remarquant qu’en Espagne, les viticulteurs touchent les aides cinq semaines après la plantation, il explique qu’il « met un frein sur la culture de la vigne », préférant se consacrer à son atelier grandes cultures (maïs semences, sorgho…). C’est qu’il lui reste en cave 840 hl de Pays d’Oc qui devraient être retirés prochainement et 225 hl qui n’ont pas, à ce jour, trouvé preneur.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé