LE FIL

Harlem rural

Vendredi 29 septembre 2017 par Marion Sepeau Ivaldi

On vous l’accorde : le titre de cet édito est définitivement caricatural. Clairement, le vignoble français n’est pas une zone de non droit, où la violence s’exerce à chaque coin de pied de vigne. Mais tout de même, il est frappant de voir la question sécuritaire devenir de plus en plus prégnante et présente. Bordeaux connaît des vols de raisins jamais égalés, comme l’a largement relayé la presse généraliste cette semaine. En Bourgogne, les forces de l’ordre sont mises à contribution pour surveiller les parcelles. Et le Rhône n'est pas épargné par la problématique. A ces vols, on peut ajouter ceux des piquets, fils de palissage, de gasoil ainsi que du matériel. Il y a aussi l’injonction des forces de police à mettre sous clés tous les engrais et le fuel. Et ces viticulteurs qui trouvent, du jour au lendemain, leurs parcelles arrachées. Ainsi, en quelques années, la fréquence des exactions s’accélère et l’on peut se demander s’il n’y aurait pas matière à mener une réflexion globale et nationale sur le sujet.   

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé