LE FIL

2ème essai à 2 millions €

VineScout, le robot vigneron de 2019

Mercredi 27 septembre 2017 par Alexandre Abellan

Particulièrement ambitieux dans ses objectifs, le projet a l'ambition de faire de la viticulture de précision une réalité.
Particulièrement ambitieux dans ses objectifs, le projet a l'ambition de faire de la viticulture de précision une réalité. - crédit photo : VineScout
Prenant la suite du projet Vinerobot, le programme de recherche triennal VineScout doit transformer un prototype prometteur en instrument industriel. Qui plus est source de profits.

Éclaireur très discrètement lancé fin 2016, le projet européen VineScout ne manque pourtant pas d’ambitions : proposer d’ici fin 2019 le premier robot autonome pouvant parcourir les vignobles pour analyser et cartographier l’état sanitaire des vignes, la maturité des raisins… « Le grand défi du projet est de traverser en moins de trois ans le fossé qui sépare un prototype fonctionnel d’une solution commerciale » résume le site du programme de R&D.

Promettant « des décisions intelligentes de robots du vignoble », le projet VineScout bénéficie d’un budget de 2 millions euros sur trois ans (dont 1,7 million € de l’union européenne, dans le cadre du plan « Horizon 2020 » et de ses déclinaisons « challenges sociétaux » et « leadership industriel »). Prenant le relais du programme VineRobot (deux millions €, 2013-2017), ce programme doit dépasser les étapes de pré-industrialisation où son prédécesseur a malencontreusement calé. Présenté il y a un an dans les vignes de Buzet, le troisième prototype du Vinerobot avait pourtant fait sensation avec ses capacités de pilotage automatique et de cartographie en temps réel des teneurs en anthocyanes.

Assurer le succès commercial

Pour passer le cap de l’industrialisation, le projet VineScout a réduit ses intervenants par rapport au consortium VineRobot. La coordination de la recherche est toujours assurée par les universités espagnoles de Valence et de la Rioja, un développement robotique par la start-up française Wall-YE, la conception informatique par l’entreprise anglaise Sundance Multiprocessor Technology et les essais au vignoble avec les domaines portugais Symington.

Confiants sur leurs résultats, les chercheurs visent un chiffre d’affaires de 33 millions d’euros dans cinq ans, avec une adoption par la filière de l’ordre de 5 %. Soit très précisément 54 540 hectares de vigne. Des ambitions affichées qu’il reste à concrétiser, et à industrialiser au-delà du simple éclaireur d’avant-garde.

 

Présenté l’été 2016, le prototype TRL 6 doit être dépassé en 2019 par l’équipement TRL 9. Qui reste à concevoir et tester.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé