LE FIL

L’affaire est Ketchup*

Vendredi 22 septembre 2017 par Marion Sepeau Ivaldi

L’accord de libre-échange, le CETA est entré en vigueur le 21 septembre. Il doit accroître les échanges entre le Canada et l’Union européenne de 20 à 25 %. Pour le vin français, le Canada représente un marché de 400 millions d’euros. Au niveau européen, le marché est de 780 millions d’euros (en 2015). La seule organisation du vin à avoir salué l’entrée en vigueur de l’accord est la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux de France, témoignant de sa sensibilité naturelle aux marchés. À l’heure du Brexit, des velléités d’indépendance des peuples européens, le libre-échange n’a plus la cote. Pourtant, il est essentiel à notre secteur et à sa croissance, notamment dans les pays où la consommation est en plein développement. Et la levée des barrières douanières ainsi que la fin des discriminations pratiquées par les monopoles provinciaux d’importation (dont la SAQ dont la rentabilité est critiquée) vont fluidifier les relations commerciales entre l’Europe et le Canada, tout de même le neuvième marché des vins Français.

* Expression québécoise qui désigne une affaire menée à bien, une affaire qui roule.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé