LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Cognac grand âge

Hennessy met en lumière la précision de sa sélection

Lundi 25 septembre 2017 par Alexandre Abellan

 Virevoltant, ce bras robotisé symbolise l’expertise et la transmission qui constituent le leitmotiv de la maison au bras armé.
Virevoltant, ce bras robotisé symbolise l’expertise et la transmission qui constituent le leitmotiv de la maison au bras armé. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Pour promouvoir ses flacons Paradis Impérial, la première maison charentaise dévoile une installation contemporaine strictement réservée aux clientèles VIP du monde entier.

« La délicatesse est sans doute ce qu'il a de plus difficile à percevoir dans le potentiel des jeunes eaux-de-vie » confie Renaud Fillioux de Gironde, le nouveau maitre-assembleur de la maison Hennessy (groupe LVMH). Huitième génération au service du premier négociant charentais, le jeune homme n’en maîtrise que plus les défis de précision dans la sélection et la transmission, qu’il illustre ce 21 septembre avec un nouvel éclairage du flacon Paradis Impérial. Dégustant chaque année 10 000 nouvelles eaux-de-vie, le comité de dégustation de Hennessy n’en retient en effet que 10 ayant le potentiel d’intégrer, au terme d’un long élevage, l’assemblage prestigieux.

Pour symboliser cette quête perpétuelle, le collectif anglais Marshmallow Laser Feast a réalisé une œuvre on ne peut plus contemporaine : The Quest. Cette installation expérientielle représente la recherche vigilante des eaux-de-vie par 700 cristaux en acrylique, pièces uniques réalisées sur mesure, parcourus par les lasers d'un bras robotisé les passant automatiquement en revue. Dans la pénombre, cette quête commence par des mouvements lents devenant frénétiques, jusqu’à se concentrer sur dix éclats en particulier, qui sont nano gravés pour former des ombres et reflets uniques. Des perles rares nécessitant d’être repérées et suivies par le maitre-assembleur, éclairé par sa rigueur pour accomplir une création conforme à son, délicat, cahier des charges.

"Joyau de la collection"

Installée dans l’emblématique chai du fondateur de la maison Hennessy (à Cognac), cette œuvre a nécessité deux ans pour être réalisée par une cinquantaine de personnes, pour un montant confidentiel. Dévoilée la semaine dernière à une soixantaine de journalistes et blogueurs du monde entier, « l’œuvre n’est pas destinée à être visible du plus grand nombre » explique Olivia Crouan-Giuntini, la maître de chai des eaux-de-vie rares de Hennessy. Elle explique que son exposition fera partie du programme de visites exceptionnelles, réservée aux clientèles fortunées de la maison (chaque année, une centaine de VIP sont déjà accueillis au château de Bagnolet).

Cette mise en valeur spécifique témoigne de la place à part de Paradis Impérial dans la gamme. Vu comme le joyau de la collection permanente, ce produit d’exception est plébiscité sur les marchés asiatiques. De Hong-Kong au Vietnam, en passant inévitablement par la Chine. Depuis le contrecoup des lois anticorruptions, « la consommation change, il y a moins de cadeaux affaires et plus d’amateurs » souligne Olivia Crouan-Giuntini, qui croit particulièrement au potentiel du marché américain pour « les grands cognacs. Aujourd’hui, ils ne sont pas dans leurs radars, contrairement aux Chinois, mais il y a un potentiel qui nécessite un travail d’éducation. »

"Les chiffres ne sont pas importants"

Si l’œuvre the Quest est réservée aux clients fortunés de Hennessy, la cuvée dont elle s’inspire l’est également. La carafe est en effet commercialisée 2 400 euros par la boutique de Hennessy. Balayant la question du coût de revient d’un tel flacon, Renaud Fillioux estime que « ça n'a pas de prix. C’est une facette de notre stock et de notre savoir-faire ».

Créé en 2010, cet assemblage réunit une centaine d'eaux-de-vie de 30 à 130 ans d’âge.

 

Tags : USA Chine Arts Cognac

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé