Accueil / Viticulture / Le CIVB expérimente un observatoire participatif de la confusion sexuelle

Bordeaux
Le CIVB expérimente un observatoire participatif de la confusion sexuelle

En avril dernier, le CIVB a mis en ligne sur son intranet un observatoire de la confusion sexuelle. Le but : fédérer les viticulteurs et les distributeurs pour que la technique soit appliquée sur des surfaces plus importantes.
Par Christelle Stef Le 18 septembre 2017
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le CIVB expérimente un observatoire participatif de la confusion sexuelle
Pour être efficace, la confusion sexuelle nécessite d'être mise en place sur des îlots de plusieurs hectares - crédit photo : BASF
D

epuis le mois d’avril, le CIVB (Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux) a mis en ligne sur son intranet un observatoire de la confusion sexuelle. Cet outil complète ceux que l’interprofession a développé via le SIG (système d’information géographique) du vin de Bordeaux.

Un outil ouvert aux distributeurs et techniciens

Sur cet observatoire de la confusion sexuelle, les viticulteurs déclarent les parcelles sur lesquelles ils appliquent ce moyen de lutte contre les vers de la grappe. De même ceux qui souhaitent mettre en place la technique sont invités à se signaler. L’outil est ouvert aux distributeurs, aux techniciens viticoles et à tous ceux concernés par la mise en place de la technique. Cela leur facilite donc la tâche pour fédérer les viticulteurs et créer des îlots suffisamment grands (au moins 10 ha), condition indispensable pour que la technique soit efficace.

Tester la faisabilité d'un outil participatif

Mais cet outil a un autre objectif : tester la faisabilité d’un observatoire participatif entre toutes les parties prenantes de la viticulture (viticulteurs, distributeurs, techniciens…). En effet, la mise en place d’un observatoire de la viticulture au niveau national est l’une des ambitions du plan national dépérissement du vignoble « Le but est de tester localement le concept pour ensuite le décliner au niveau national », explique Muriel Barthe, la directrice technique du CIVB.

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé