Accueil / Commerce/Gestion / En Beaujolais, les villages s'en sortent

Campagne vrac 16/17
En Beaujolais, les villages s'en sortent

Si la campagne des primeurs s'est bien déroulée, le bilan est plutôt terne sur le reste de l'année. A l'exception des Villages qui s'en sortent.
Par Bertrand Collard Le 25 septembre 2017
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
En Beaujolais, les villages s'en sortent
Les ventes de beaujolais villages de garde ont progressé de 43000 (en 15/16) à 59000 hl (en 16/17). - crédit photo : DR
l

« En 2016, nous avons fait une récolte pleine, comme nous n'en avions pas connu depuis longtemps. Le marché des primeurs s'est à peu près bien passé. Celui du beaujolais villages de garde aussi. Il nous en reste peu à vendre. Ce n’est pas le cas du beaujolais de garde. Le marché a été peu actif. Cet été, il ne s'est carrément rien passé. Pour ce qui est des prix, nous avons plutôt bien tiré notre épingle du jeu. Nous avons obtenu 5 à 10 €/hl de plus que la moyenne », affirme Sébastien Coquard président d'Agamy, la coopérative basée à Bully.

Viticulteur à Denicé, Denis Chilliet dresse un constat similaire. « On a fait une belle campagne en primeur. Mais après cela, ça a été le calme plat. Il me reste une demi-récolte de beaujolais de garde à vendre. Ce n'est même pas une question de prix : je n’ai aucune proposition d'achat. Mon exploitation tient grâce à la diversification en IGP et en vin sans IG, et aux chambres d'hôtes. »

Recul des beaujolais de garde

Les statistiques d'InterBeaujolais confirment ces observations. Les échanges de beaujolais de garde sont passés 61000 h à 49000 hl entre 2015/2016 et 2016/2017, soit un recul de 20%. Apparemment, le négoce était couvert en millésime 2015. Il avait peu de besoin en 2016. Dans le même temps, les ventes de beaujolais villages de garde ont progressé de 43000 à 59000 hl. Quant aux prix, ils ont progressé pour les deux appellations.

Concernant les crus, le courtier Michel Weber, observe que les cours du millésime 2016 « sont restés assez stables. Il n'y a pas eu décrochage. Mais en volume, « le marché est à la traîne ; le négoce avait pas mal de stock de 2015. » Pour autant, il ne s’inquiète pas. « Comme il y aura peu de volume cette année, tout devrait se vendre. »

A lire aussi

Pour Sébastien Coquard, « il y a une tension sur le brouilly. Tout notre récolte est vendue ou fléchée vers des clients. Mais nous avons encore du stock dans les autres crus. » 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé