Accueil / Viticulture / La Vallée du Rhône face à l'hétérogénéité de la maturation

Vendange 2017
La Vallée du Rhône face à l'hétérogénéité de la maturation

L'ensemble de la vallée du Rhône a désormais démarré les vendanges, en blanc et en rouge. Épargnée des aléas climatiques, la récolte s'annonce saine et belle en qualité, mais malgré tout faible en volume dans le Sud.
Par Juliette Cassagnes Le 11 septembre 2017
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La Vallée du Rhône face à l'hétérogénéité de la maturation
En Vallée du Rhône, l'ensemble des parcelles présentent des degrés d'alcool potentiel satisfaisants. - crédit photo : wikimedia commons
D

ans la Vallée du Rhône, les vendanges battent leur plein. Dans la partie mais la plus méridionale, elles ont démarré dès le 18 août pour les cépages blancs, Viognier et Grenache, et le 28 août pour les rouges, grenache et Syrah. « Elles sont donc déjà bien avancées, ne restant que les cépages les plus tardifs, Carignan et Mourvèdre », indique Françoise, œnologue d'InterRhône.


Plus au nord, les quelques parcelles de blancs destinés aux effervescents ont ouvert le bal vers le 23 août. Puis ont suivi les autres cépages blancs Marsanne puis Roussanne et Viognier, la semaine du 28 août. Les rouges ont commencé à être cueillis ce lundi 4 septembre dans le Vaucluse et la Syrah de la partie septentrionale va l'être à compter de ce week-end du 9 et 10 août.

« Avec 15 jours d'avance par rapport à 2016 sur les secteurs les plus précoces, nous sommes sur une année très précoce, plus encore que 2003 » précise Françoise Dijon. « avec une bonne semaine d'avance, 2017 se situe entre 2011, année très précoce, et 2015, année précoce », explique de son côté Nicolas Ravel, technicien de la cave de Tain l'Hermitage.

Languissant mûrissement de la peau et des pépins

L'ensemble des parcelles présentent des degrés d'alcool potentiel satisfaisants, un paramètre « qui ne pose de façon générale aucun problème cette année ». L'attention porte plus, dans le nord du vignoble, sur la maturité phénolique des peaux et pépins qui n'est pas totalement atteinte : « Ce qui fera la différence sera la capacité d'attendre pour la pousser au maximum, mais les conditions météo favorables nous le permettent », Indique Nicolas Ravel. Sur raisin blanc, la vigilance concerne les niveaux d'acidité, qui commencent à être bas.

Il n'a quasiment pas plu depuis huit mois.


Dans la partie méridionale, la problématique diffère : c'est surtout le déficit de volume que l'on craint, sur cépages blancs et rouges. Le poids des grappes a diminué fortement ces dernières semaines et atteint des niveaux parfois très faibles. L'année a en effet été marquée par une sécheresse importante, surtout au sud : « Il n'a quasiment pas plu depuis huit mois. », rapporte François Dijon. Le grenache a de plus connu une coulure importante. Résultat des courses : les vignerons sont contraints de se presser de vendanger pour « sauver les volumes ».

Le stress hydrique a aussi impliqué par endroits un bouleversement des circuits de récolte habituels. Les parcelles plus précoces, sur sols séchants, ont mûri moins rapidement et sont donc vendangées après les autres. « Au final, il y a peu d'écart entre les différents secteurs ; des arbitrages sont donc nécessaires pour récolter », commente Nicolas Ravel.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé