LE FIL

Matériel

La viticulture fait une percée à Innov'Agri

Jeudi 07 septembre 2017 par Bertrand Collard

Appréciés pour leur rapidité de travail, les déchaumeurs à disques sont nombreux à être présentés sur le salon Innov'agri.Appréciés pour leur rapidité de travail, les déchaumeurs à disques sont nombreux à être présentés sur le salon Innov'agri. - crédit photo : Bertrand Collard
Plusieurs exposants présentent du matériel viticole au salon des grandes cultures qu'est Innov'Agri Grand Sud-Ouest. A commencer par des déchaumeurs à disques, très demandés par les viticulteurs

Les déchaumeurs à disques sont à la mode en viticulture. "C'est simple : on travaille plus vite qu'avec un outil à dent : jusqu'à 8 km/h. Et les disques ne bourrent pas s'il y a de l'herbe", explique-t-on chez Agrisem.

Pour prouver ses dires, cette société est présente au Village Vigne d'Innov'Agri Grand Sud Ouest, au lycée viticole d'Ondes, avec un Disc-o-Vigne de 1,20 m de largeur hors tout. L'outil travaille plusieurs fois par jour dans la vigne factice du village, matérialisée par quelques rangs de piquets garnis de fils de palissage.

Rapidité du travail

Certes, le sol est à peine enherbé. Il n'y a donc pas de couvert à détruire. Mais les visiteurs peuvent apprécier la rapidité du travail et le lit régulier de fines mottes que le Disc-o-Vigne laisse derrière lui alors que le sol est assez lourd et compact.

Agrisem a lancé son outil en automne dernier. Depuis, il en aurait vendu une cinquantaine, selon ses dires.

Trois autres exposants présentent des déchaumeurs à disques pour la vigne lors de ce salon de plein air organisé par le Groupe France Agricole : Jean de Bru, Ovlac et Comai. Tous bénéficient de technologies déjà disponibles sur les engins grandes cultures comme les roulements étanches pour les disques rendant tout graissage inutile.

Chez Jean de Bru, l'outil s'appelle Vinidisc. Les disques sont disponibles en deux tailles, 610 ou 510 mm de diamètre, au choix de l'acheteur. "On passe mieux avec les grands disques s'il y a beaucoup de couvert. On émiette mieux la terre avec les petits, car ils tournent plus vite pour une même vitesse de travail", assure l'exposant qui dit en avoir vendu une trentaine depuis sa sortie en avril 2016.

Tadys, le distributeur français d'Ovlac, a vendu autant de son Reptill à un seul client ce printemps : le domaine du Tarriquet dans le Gers. Cet outil combine une rangée de dents et deux de disques. Contrairement aux autres, les dents sont au milieu et non pas à l'avant.

Une question de choix

"Nous l'avons développé avec le domaine Tarriquet. Ils voulaient un outil qui puisse décompacter et travailler le sol ou seulement travailler le sol", explique l'exposant. C'est pour répondre à ce cahier des charges, qu'il a placé la rangée de dents entre les deux rangées de disques. Si le viticulteur ne veut pas décompacter son sol, il lève les dents au maximum. S'il veut le faire, il les descend, en poussant une commande en cabine. Comme les dents passent après les disques, il n'y a pas de bourrage, s'il faut détruire un couvert.

Mais l'outil est lourd : 1,1 tonne pour une largueur travaillée de 1,75 m. "Il faut 100 ch pour le lever," concède l'exposant.

Sur ce salon dédié aux grandes cultures qu'est Innov'Agri d'autres exposants présentent du matériel viticole. Berthoud, Hardi Evrard, Dagnaud et Dhuges font régulièrement des démonstrations de leurs pulvérisateurs sur la parcelle du Village vigne. Chacun défend sa solution pour maîtriser la dérive des bouillies.

Par ailleurs, AgriCard expose des côtes de melon et des pattes d'oie renforcées d'usine au carbure de tungstène pour retarder l'usure. Et Semence de Provence présente ses mélanges de légumineuses annuelles qui se ressèment naturellement pour former un couvert permanent annuel. Comme quoi les grandes cultures font une place à la viticulture à Ondes en ces 6 et 7 septembre.

 

Le disc-o-vigne d'Agrisem. Cr : B. Collard.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé