LE FIL

Vinif 2017

9 erreurs à éviter pour être un stagiaire parfait

Lundi 04 septembre 2017 par Marion Sepeau Ivaldi

9 erreurs à éviter pour être un stagiaire parfait
- crédit photo : Vitisphere
L’heure de la rentrée a sonné ! Paré pour le stage de vinification ? Vitisphere vous dresse la liste des erreurs à éviter lors de votre stage de vinification, réunies à partir d’histoires vraies.

1 En vendange, il n’y a que le raisin qui va dans les caisses ! Donc n’y oubliez pas votre sécateur. De même évitez de laisser tomber les râteaux dans les bennes. Ceux-ci ne doivent d'ailleurs pas être utilisés pour débloquer un conquêt coincé. Le manche casse et même si le bois a des atouts indéniables pour la structure du vin, ce n’est pas encore à cette étape qu’il sera vraiment optimisé !

 

2 Révisez bien comment on calcule une table de trois car le grand classique est de se tromper dans le dosage du soufre, des levures, des enzymes à ajouter. Certains ont pu mettre jusqu’à dix fois le volume nécessaire… Autre grand classique : laisser le chapeau de la cuve en place et mettre la pompe en route. Et oui, une cuve, c’est comme une canette, sous la pression, ça se froisse !

 

3 Si l’on vous envoie faire un relevé d’échantillon, conduisez prudemment notamment dans les vignes en pentes. On comprend que vous vous sentez l’âme d’un super-pilote au volant du super-4*4 du maître de stage mais certains ont fait des embardées. Et, tant que vous y êtes, vérifiez bien la carte pour ne pas vous tromper de parcelles… Ce serait dommage d’analyser les mauvais raisins. Enfin, si vous avez emmené un ordinateur, vérifiez qu’il n’est pas sur le toit avant de démarrer !

 

4 Beaucoup de choses peuvent faire « plouf » dans une cuve. Alors attention aux thermomètres, aux mustimètres, aux éprouvettes, aux téléphones portables, aux chronomètres… Ces objets ont semble-t-il la désagréable habitude de tomber dans les cuves.

 

5 Tout le monde a, un jour, mis des Mentos dans une bouteille de Coca. Et ça nous a bien fait rire ! Éviter de faire la même expérience durant votre stage. Les levures ne font pas les 35 heures, ce qui veut dire qu’un levurage fait le vendredi soir devra être suivi durant le week-end… au risque de retrouver le contenu de la cuve dans les allées le lundi. Même chose avec le cliqueur à oxygène, il ne faut pas l’oublier dans la cuve… sinon, ça fait pschitt !

 

6 Lisez sept fois le plan d’assemblages. Et vérifiez bien les tuyaux. Bon nombre ont déjà réussi des expériences de mixologie toutes personnelles ! Par la même occasion, vérifiez bien la cuve que l’on vous demande de vider. Certains ont jeté 35 hl à l’égout !

 

7 Si on vous a envoyé faire le travail répétitif et lassant de la mesure de densité d’un nombre important d’échantillons dans le laboratoire, ne vous endormez pas ! Il est arrivé qu’une ligne soit oubliée, décalant toutes les données. Aïe !

 

8 À l’étape de remplissage des fûts, on fait bien attention. On remplit au ¾ et après on appuie doucement, très doucement sur le pistolet. Sinon ça gicle et ça met de très mauvaise humeur le maître de stage !

 

9 Enfin, on vous rappelle les règles de sécurité de bases. On ne respire pas dans une cuve en fermentation, vous le savez, le danger est mortel. On ne court pas avec des bottes sur un sol mouillé, on cale bien l’échelle avant d’y grimper, on ne retire pas la sécurité des pompes, on prend garde à ne pas se brûler en nettoyant les fûts à l’eau chaude.

 

Voilà vous savez tout, bon stage !

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé