LE FIL

En plein travail

Terre du Midi avance à grand pas

Mercredi 16 août 2017 par Marion Sepeau Ivaldi

L'IGP Terre du Midi inscrit son territoire de naissance dans les vignobles de l'Aude, du Gard et de l'Hérault.L'IGP Terre du Midi inscrit son territoire de naissance dans les vignobles de l'Aude, du Gard et de l'Hérault. - crédit photo : DR
L’été 2017 est actif pour les porteurs du projet Terre du Midi. Les échanges avec l’INAO vont bon train. Mais, son lancement est repoussé d’un an.

Parvenir à lancer l’IGP Terre du Midi pour le millésime 2017 tenait plus d’un rêve un peu fou que du pragmatisme rationnel ! La future IGP, destinée à regrouper la plupart des volumes d’IGP de départements (Aude, Gard, Hérault), devrait être opérationnelle pour 2018. « La commission d’enquête de l’INAO est venue fin juillet pour étudier le projet » indique Ludovic Roux, président de la cave des Terroirs du Vertige. Depuis, les porteurs de projet échanges avec l’Institut pour répondre aux questions techniques qui se posent, notamment sur la protection du nom, la gestion du contrôle qualité… Bref, le cahier des charges s’écrit peu à peu et s’affine.

Le négoce questionne

Parallèlement, il reste encore à porter la « bonne parole » auprès des metteurs en marché. Notamment, au niveau régional, où, si le projet ne connaît pas d’opposition franche, il ne remporte pas non plus un engouement exceptionnel. Il faut dire que les différentes opérations coup de poing qui ont émaillé l’actualité viticole ce printemps, ont quelque peu irrité le négoce. Récemment promu président de l’UEVM (Union des Entreprises Viticoles Méditerranéennes), Gilles Gally a boudé quelques réunions syndicales. Mais il se dit prêt à faire son retour dans les différentes instances. Et sur le dossier Terre du Midi, il est en attente de réponses. « Il faut se mettre autour d’une table et s’interroger sur la gestion des volumes en adéquation avec les besoins du marché. Terre du Midi peut être une solution sur un créneau de marché qu’il faudra définir : quel volume ? quel positionnement ? »

La production y voit de plus en plus clair

À ces questions, Ludovic Roux a des réponses. Pour lui, Terre du Midi doit réunir une offre de 1,5 million d’hectolitres le plus rapidement possible (sur la dernière campagne, les IGP de département ont représenté 800 000 hl). Concernant le positionnement prix, ce serait autour de 70/75 euros/il, un prix permettant un positionnement à environ deux euros/le col en linéaire, tout en assurant une marge à tous les intermédiaires de la filière. Par ailleurs, le président de la cave des Terroirs du Vertige précise qu’un budget communication sera prêt pour soutenir le développement de la nouvelle IGP. « Inter’oc sera l’interprofession à laquelle sera rattachée l’IGP Terre du Midi, ce qui veut dire que la CVO s’alignera sur celle des Pays d’Oc (N.D.L.R. : la CVO sera donc supérieure à celle prélevée actuellement sur les IGP de département). Il y aura donc de quoi soutenir la nouvelle IGP qui bénéficiera également du savoir-faire de Pays d’Oc en la matière, notamment à l’international ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé