LE FIL

Agro-écologie

Les Côtes-du-Rhône vont ouvrir le chantier des MAE

Vendredi 07 juillet 2017 par Juliette Cassagnes

Philippe Pellaton est président du syndicat des Côtes du Rhône. Son mandat s'achèvera en 2017.
Philippe Pellaton est président du syndicat des Côtes du Rhône. Son mandat s'achèvera en 2017. - crédit photo : JCassagnes
La décision a été prise d'entamer une réflexion au sujet des mesures agro-environnementales à intégrer dès l'an prochain dans les cahiers des charges des appellations rhodaniennes.

Les responsables professionnels de la viticulture rhodanienne ont pris la décision en juin 2017, sous l'impulsion du syndicat des Côtes-du-Rhône, d'entamer une réflexion sur l'intégration de mesures agro-environnementales dans les cahiers des charges des appellations. «  Nous avons la volonté d'y aller, le chantier va être ouvert, les ODG des crus du nord et du sud l'ayant accepté  », indique Philippe Pellaton, président du syndicat des Côtes-du-Rhône. Dans la mesure où les crus peuvent être déclassés en appellation régionale, toutes les appellations doivent en effet y aller en même temps.

Les thématiques déjà « pressenties » pour être plus particulièrement étudiées concernent la pollution de l'eau par les phytos, le désherbage chimique, l'enherbement des tournières, la fertilisation ou encore l'aménagement du paysage. « Avec la charte paysagère, les vignerons ont déjà été préparés et sont déjà sur les rails. Cela ne demandera pas d'effort colossal », estime celui-ci.

55 000 hectares concernés

L'enjeu porte finalement plus sur le volume que ce "dossier" implique, avec une superficie potentielle de 55 000 hectares à engager, avec des problématiques différentes à solutionner entre la partie méridionale et septentrionale... « Une mesure concernant le désherbage peut paraître simple à mettre en place dans le sud mais plus complexe dans le nord ; nous devons faire attention à ne pas créer d'impasse technique », précise Philippe Pellaton.

Un groupe de travail va être constitué à l'automne 2017, après les vendanges, pour étudier plus en détail les mesures possibles et les plus appropriées, en tenant compte des enjeux qu'elles soulèvent. Le président du syndicat souhaiterait qu'il se réunisse pendant l'hiver pour pouvoir déboucher, dès le printemps 2018, sur une proposition de liste et un dépôt de « dossier » à l'Inao dans la foulée.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé