LE FIL

Création de valeur

Palmer, le champagne jupitérien

Vendredi 23 juin 2017 par Marion Sepeau Ivaldi
Article mis à jour le 03/07/2017 09:59:31

François Demouy, responsable de communication pour Palmer and Co :  « Le marché anglais est mature, les consommateurs sortent des réflexes de marques pour aller chercher les pépites.'
François Demouy, responsable de communication pour Palmer and Co : « Le marché anglais est mature, les consommateurs sortent des réflexes de marques pour aller chercher les pépites.' - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi
Le champagne gagne des parts de marché en France, n’est pas troublé par le Brexit et poursuit sa politique d’acquisition foncière tout en investissant dans une nouvelle cuverie. Comme s’il était en dehors des questionnements qui tiraillent la Champagne.

« En Champagne, il ne faut que des grands vins et des vins valorisés » affirme François Demouy, responsable de communication pour Palmer and Co. Un discours au diapason avec les récentes déclarations de Jean-Marie Barillère tenues lors de Prowein, que Champagne Palmer met en pratique avec application. Ayant engagé une stratégie de création de valeur il y a six ans, la marque travaille principalement le réseau CHR. Avec succès. Notamment en France où les volumes commercialisés progressent de 2 % en volume et 3 % en valeur.

Créer la valeur

Mais aussi à l’export (qui représente 60 % des volumes) où « nous ne désinvestissons nulle part » précise d’emblée François Demouy, comme pour se démarquer de certains opérateurs champenois. En Angleterre, après le référendum qui a consacré le Brexit, les ventes « ont légèrement baissé en volume avant de regagner de la valeur. Ce retour de la croissance se fait également grâce à la conquête de nouveaux clients » explique François Demouy, tout en constatant que les Champagnes qui souffrent sont ceux qui sont vendus en grande distribution. Il faut aussi préciser que la Grande-Bretagne n’est pas le premier marché de Palmer. C’est la Suède qui est son premier client. De quoi sans doute doter l’entreprise d’une certaine résilience économique, dans l’ère du post-Brexit. « Le marché anglais est mature, les consommateurs sortent des réflexes de marques pour aller chercher les pépites. Et les champagnes de vignerons et de maisons ont toute leur place pour proposer des produits spécifiques » indique François Demouy.

Une offre diversifiée

C’est à cette attente que le Champagne Palmer répond fort de ses 200 hectares de vignoble installés principalement sur la Montagne de Reims et de ses quatre centres de pressurage. Disposant d’une capacité de stockage de 17 millions de bouteilles dans 7 kilomètres de galerie, Palmer stocke en réalité 4 millions de cols. En plus de sa gamme standard (le brut réserve, l’extra réserve, le rosé réserve, le blanc de blanc, le blanc de noir et un millésimé, en ce moment le 2008), la Maison dispose d’une collection des vins datant de 1979 à 1999 commercialisables. « Nous sommes une des maisons qui produit le plus de millésimes. Et nous dégorgeons à la demande » précise François Demouy. Et pour asseoir cette stratégie d’offre quasi-unique, la Maison continue d’investir à la vinification : une cuverie de 20 000 hl est construite pour accroître les volumes de strockage. Mais également, sur le foncier. La Maison achète tous les ans environ 10 hectares.

 

Amazone, la solera

Sur Vinexpo, Champagne Palmer présentait Amazone, une cuvée assemblée selon la méthode andalouse de la solera. Cette cuvée perpétuelle est réalisée à partir des meilleurs raisins de chardonnay récoltés chaque année pendant cinq ans. L’Amazone présentée sur Vinexpo associe les millésimes 2002, 2004, 2005 et 2006. Les vins ont été gardés dix ans en cave, puis dégorgés et mis au repos pendant un an. Avec un PVC de 90 euros/col, Amazon est, après sa sortie, vendue au compte-goutte. Durant les cinq prochaines années, seuls 4000 exemplaires seront proposés chaque année de cette cuvée historique pour Palmer. Cela fait 35 ans qu’elle est élaborée.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé