LE FIL

Clôture de Vinexpo

La fête de la fleur, une autre fête de la musique

Jeudi 22 juin 2017 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 30/06/2017 16:37:08

Ponctuant les services des vins, le quatuor Modigliani a su résister à l’envie irrépressible de se mettre en bras de chemise.Ponctuant les services des vins, le quatuor Modigliani a su résister à l’envie irrépressible de se mettre en bras de chemise. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Évènement du gotha bordelais, le dîner a réuni 1 500 convives ce 21 juin, sous des airs classiques et pop, mais surtout sous une chaleur écrasante, qui aura poussé à vider davantage de bouteilles d’eau que de vin.

Fermant un salon Vinexpo torride, la fête de la fleur s’est mise au diapason de la fête de la musique qui animait les villes françaises ce 21 juin. Organisée par le château Malartic Lagravière (Pessac-Léognan) et la Commanderie du Bontemps (Médoc, Graves, Sauternes et Barsac), l’évènement mondain a accordé les mets du chef Yannick Alléno avec les vins bordelais et des morceaux classiques. Ainsi l’Été de Vivaldi soutenait le château Malartic Lagravière (2000) et ses agneaux, selles et côtes accompagnés de petits farcis. La Sarabande de Haendel rehaussant un château Margaux 1996 (en hommage au défunt Paul Pontalier) plateau d’Ossau d’Estive, de Saint-Nectaire et de Comté. Après le dîner, les accords mets-vins-musiques se sont encanaillés avec un concert de la chanteuse Yaël Naïm, allant de pair avec des champagnes et une tarte à la bière (propriétaire du château hôte depuis vingt ans, la famille Bonnie est originaire de Belgique).

Fête de la sueur

Dans la lignée des quatre jours du salon Vinexpo, la fête de la fleur a surtout été marquée par une atmosphère caniculaire sous sa tente de réception. La distinction de la soirée en a indéniablement pris un coup quand les premières vestes sont tombées, avant de chuter de manière généralisée. Laissant apparaître qui d’imposantes bretelles, qui des manches colorées, et donnant un air de fête de mariage à un évènement ce qui se définit comme la crème de la mondanité.

Pour les serveurs, le challenge était finalement moins d’assurer que les plats servis étaient chauds, que de veiller à ce que les vins soient servis frais. Et que les bouteilles d’eau soient fréquemment renouvelées. Comme à Vinexpo, il aura surement été plus consommé, et de loin, de bouteilles d'Abatilles que de vins et spiritueux.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé