LE FIL

Bulles en vrac

CVG se lance dans l’élaboration de vins de base "made in France"

Vendredi 16 juin 2017 par Alexandre Abellan

 Ayant l’ambition de compter sur le marché des effervescents, Eric Lanxade annonce déjà la présence de CVG au prochain salon Bulles Expo (18-19 juin 2018). Ayant l’ambition de compter sur le marché des effervescents, Eric Lanxade annonce déjà la présence de CVG au prochain salon Bulles Expo (18-19 juin 2018). - crédit photo : CVG
Ayant surmonté le challenge de concocter un colombard apte à la prise de mousse, la coopération gasconne propose aux élaborateurs un ambitieux approvisionnement français pour leurs vins effervescents de marques.

« Nous allons apporter la première solution de sourcing de vins de base français aux élaborateurs du monde entier » pose Éric Lanxade, le directeur général des Caves et Vignobles du Gers (CVG). Après trois années de discrète R&D, l’union coopérative gasconne se lance dans l’approvisionnement en vins de base avec la marque Préambulk. Soit une gamme de vins de France blancs et rosés s’élevant à 50 000 hectolitres pour le millésime 2017. Ce qui représente 15 % du volume produit par CVG, qui vise à terme 25 % de sa production pour ces vins de base.

Pour CVG, le développement de Preambulk doit amener une stabilisation de la rémunération de ses viticulteurs adhérents, ces vins de base étant demandés avant les vendanges, ils permettent une anticipation des plus appréciables pour un vracqueur. Les bulles étant identifiés comme un relais de croissance, la coopérative du Gers rapporte avoir déjà éveillé l’intérêt d’acteurs français (qui seront rencontrés lors du salon Vinexpo), mais aussi les inévitables opérateurs allemands et russes. Sans oublier ceux américains (qui seront démarchés en juillet lors de l’International Bulk Wine & Spirits de San Francisco*).

"Ce business ne supporte pas l’improvisation"

Connue pour ses vins de base à Armagnac, la Gascogne produit également ponctuellement des vins de base à effervescents, selon l’opportunisme des marchés et cours. « Il est temps de créer une filière régulière, ce business ne supporte pas l’improvisation » tranche Éric Lanxade. Pour développer une offre résolument industrielle, CVG aura eu à répondre à un défi de taille : proposer des vins de base supportant la prise de mousse. Les caractéristiques aromatiques du colombard ont compliqué l’exercice, qui a demandé des adaptations de production, des sélections des parcelles (et notamment de leurs porte-greffes) à la gestion des vinifications (et de ses caractéristiques pour tenir deux fermentations alcooliques).

Au bout de trois ans de tâtonnements assumés, CVG doit proposer avec Preambulk une gamme taillée pour répondre aux demandes de typicités des élaborateurs. Qu’il s’agisse de cuvées aromatiques à base de colombard pour une carbonatation industrielle, ou de vins base plus neutres à base d’ugni blanc pour une prise de mousse en cuve close, ou de cuvées plus haut de gamme avec du chardonnay pour suivre la méthode champenoise.

 

* : Généralement publiés début juillet, les tarifs 2017 de CVG seront d’ailleurs dévoilés lors de l’IBWSSHOW les 26 et 27 juillet prochains.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé