LE FIL

French paradox

Vendredi 02 juin 2017 par Marion Sepeau Ivaldi

Les crécelles des experts de la Santé ont résonné, cette semaine, dans les colonnes de certains médias nationaux. Posée comme un danger pour la politique de santé publique, la nomination d’Audrey Bourolleau en tant que conseillère agricole à l’Elysée, fait hurler ceux qui voudraient voir mises sous clés les flacons alcooleux. L’ascension politique rapide de l’ancienne directrice de Vin et Société est même dépeinte comme suspecte, comme si la réussite d’une femme ne pouvait être le fait de son talent. On n’est pas loin de l’image de l’empoisonneuse susurrant ses perfides ambitions à l’oreille du jouvenceau benêt. Cela suffit ! D’abord parce qu’on peut se douter que la conseillère aura quelques autres chats à fouetter entre une réforme de la PAC, des États généraux de l’alimentation, une crise agricole qui s’enlise. Ensuite, parce que c’est méconnaître les positions de la Conseillère qui a notamment toujours milité pour qu’une vraie politique de prévention sur l’alcool soit enfin menée en France. Elle a su convaincre la filière viticole de réaliser une campagne d’information sur les repères de consommation. Ce n’était pas gagné d’avance. Que la filière s’empare du sujet a fait bondir le ministère de la Santé et tous les « experts » du secteur. On sait maintenant pourquoi. Les "2, 3, 4, 0" pourraient faire repartir la consommation à la hausse ; les Français s’étalonnant systématiquement en dessous. De quoi se convaincre (s’il était encore nécessaire) que la majorité de nos concitoyens savent raison garder quand il s’agit de trinquer. Et l’on peut s’interroger où est véritablement la perfidie…
Alors devant cet inlassable débat, ces coups bas incessants et cette absence d’honnêteté intellectuelle et scientifique, Vitisphere vous invite à une fête ! Les 22 juin et 26 juin, deux colloques sont organisés pour célébrer les 25 ans de la publication du Paradoxe français par le docteur Renaud dans la revue The Lancet. Petit détail, ils se tiennent en Argentine. Cela s’appelle le French Paradox.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
alaindugers Le 03 juin 2017 à 19:06:51
S'il n'en avait tenu qu'à eux , le french paradox aurait été étouffé dans l'oeuf ou accusé d'être vendu au lobby : consommer de la graisse de canard et boire du vin pour une meilleure santé ! Pour les intégristes du régime sans sel , quel affront ! Une telle incompétence affichée au monde ne pouvait que donner un discours nouveau où l'alcool devenait le fléau qui ferait oublier leur insuffisance .
henrimarty Le 03 juin 2017 à 09:33:04
Félicitations pour cette nomination. Entant que l'auteur "Autour du vin et de ses vertus thérapeutiques" illustré de tableaux de peintres ayant un lien avec le vin et la vigne, je milite depuis des années, souvent dans l'indifférence, d'une communication permanente de "terroir, culture vin et santé "auprès de tous les professionnels du vin et de la table et des consommateurs.
2verres Le 03 juin 2017 à 08:41:39
1 , 2 ou 3 verres ? c'est quoi un verre : 10, 15,18 , 25 ,33 cl tant que les medias et les "scientifiques" continueront à etre dans le flou chacun pourra y trouver son compte mais pas la santé tout comme les 5 ou 7 fruit et legumes par jour : 2 cerises ,1/2 poireau , 3 haricots verts , 4 lentilles ? et manger moins de viande ça veut dire quoi une fois 100g par semaine 2 fois 200 g 1 fois seulement 300g par jours ? pourtant depuis petit on nous apprend à distinguer données qualitative et quantitative de l'incompetence à tous les etapes la mauvaise com me gave de plus en plus
EMBARGO Le 02 juin 2017 à 20:33:09
Merci Marion pour cet édito rafraichissant!
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé