LE FIL

Dégâts liés au gel

Quand des entreprises de la filière font preuve de solidarité

Vendredi 12 mai 2017 par Juliette Cassagnes

Comme à chaque épisode dramatique de gel ou de grêle, des entreprises ou des collectifs décident de venir en aide aux sinistrés
Comme à chaque épisode dramatique de gel ou de grêle, des entreprises ou des collectifs décident de venir en aide aux sinistrés - crédit photo : http://voyagerenquetedesoi.blogspot.fr
Des entreprises, clientes ou fournisseurs, ont pris l'initiative d'aider les vignerons dans leur lutte contre le gel, signant un bel esprit de solidarité.

Suite au gel, un élan de générosité pousse chacun à chercher comment il peut aider. Et les réponses sont très différentes. À Bordeaux, la maison Jean-Pierre Moueix (Libourne) a proposé à ses vignerons fournisseurs une majoration de 100 € du prix d'achat du tonneau de vin. Un courrier, co-signé de Laurent Navarre, son directeur général, Edouard Moueix, DG délégué et Christian Moueix, son président, leur a été envoyé début mai pour les en informer. « Il nous semble juste de rectifier les bordereaux vrac des vins de la récolte 2016 en ajustant le prix initial pour tenir compte de cette hausse accidentelle », est-il précisé, à propos du raffermissement des cours à venir. Ses dirigeants ne cherchant pas initialement à ce que cela se sache, ils ont donc été quelque peu surpris des retombées, des domaines concernés ayant relayé eux-mêmes l'information sur les réseaux sociaux pour en vanter les mérites…

C'est aussi l'un des clients de la tonnellerie Baron (Charente-Maritime), le domaine des Carmes Haut-Brion, qui s'est chargé de communiquer auprès de la presse la démarche « très solidaire » dont elle a fait preuve. Son directeur commercial, Lionel Kreff, a proposé l'affrètement de camions de bûchettes et de chutes de bois permettant d'alimenter des brûlots destinés à lutter contre le gel. Bon nombre de propriétés étaient, pendant la période critique, à court de "Pel" (un produit destiné à protéger du gel) ou de bougies.

Une assurance pour 1 euro symbolique

De son côté, l'entreprise Bucher-Vaslin propose à ses clients passant commande de matériels avant le 31 mars de l'année, une assurance contre les aléas climatiques, moyennant un coût d'1 euro symbolique. La plupart de ses clients y souscrivent donc. En cas de perte de récolte l'année même, supérieure à 30 %, les viticulteurs perçoivent un chèque d'indemnité équivalent à 20 % du montant du matériel acheté, en guise de « dédommagement financier ». Ce service, qui existe depuis une quinzaine d'années, a par exemple bénéficié l'an dernier à 19 domaines viticoles, dont 7 en Bourgogne. Au total, 212 000 euros ont ainsi été distribués, soit une moyenne de 11 000 euros par bénéficiaire, les sommes allant de 6 000 à 22 000 euros. « Pour 2017, on peut malheureusement penser que des vignerons en bénéficieront également, commente Bernard Le Grix de la Salle, responsable communication. Mais il faudra attendre les déclarations de récolte 2017 pour être fixés ». 

"Un dévouement au service du collectif"

À noter également, sur le web, la société « Le petit ballon », qui a lancé une cagnotte solidaire sur Leetchi ; le montant récolté servira à aider ses domaines fournisseurs les plus touchés. À ce jour, 830 euros ont été collectés. Sur Twitter, un hashtag « JeSoutiensMonVigneron » a par ailleurs vu le jour.

En Bourgogne, c'est plus la solidarité entre les vignerons eux-mêmes qui a permis de sauver une partie des vignes. Elle s'est exprimée dans de nombreux villages : les viticulteurs et les responsables d'ODG ont œuvré main dans la main pour organiser l'achat, la distribution et l'allumage des feux de bottes de paille. « Ce dévouement au service du collectif illustre combien notre profession sait se montrer unie et soudée dans l'adversité », s'est fécilité Jean-Michel Aubinel, président de la CAVB, dans la dernière newsletter.

D'autres initiatives ont certainemnet eu lieu, partagez-les dans les commentaires de cet article !

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé