Accueil / Viticulture / Vidal 256, le cépage idéal pour attendre la diffusion des variétés résistantes

Cognac
Vidal 256, le cépage idéal pour attendre la diffusion des variétés résistantes

Bénéficiant d'une résistance partielle au mildiou, cette variété permet d'envisager une plantation transitoire, avec une plantation le temps d'obtenir des cépages plus adaptés aux enjeux du changement climatique.
Par Alexandre Abellan Le 18 avril 2017
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Vidal 256, le cépage idéal pour attendre la diffusion des variétés résistantes
Présent au Canada, le Vidal Blanc a déjà été distillé à titre expérimental à Cognac, donnant des résultats convenables selon la Station Viticole du BNIC. - crédit photo : Satek Winery (Kreibaum Bay)
A

ussi appelé Vidal blanc, le Vidal 256 suscite de plus en plus d’espoir dans le vignoble de Cognac, qui s’imagine déjà planter cette variété charentaise présentant des tolérances intéressantes aux maladies cryptogamiques. « Il y a une attente forte de la région pour ce cépage. Le Vidal 256 pourrait être un intermédiaire avant l’arrivée des variétés polygéniques » résume Bernard Pineau, le responsable des vignobles Jean Martell, lors d’une conférence ce 12 avril sur le programme d’obtention variétale de la deuxième maison de Cognac. « On a un bon comportement au champ contre le mildiou et l’oïdium. Le Vidal 256 pourrait permettre de réduire les traitements. Mais on sait déjà que ce serait une solution limitée dans le temps » nuance Sébastien Juillard, le directeur du Conservatoire du Vignoble Charentais (CVC).

Ayant une précocité de l’ordre de grandeur de celle de l’ugni blanc, la variété se révélerait inadaptée dans les futures conditions du changement climatique (dans 20 à 30 ans selon les projections des experts). Le Vidal blanc serait donc un cépage de transition, présentant l’intérêt non négligeable d’être rapidement mobilisable. En partenariat avec le Bureau National Interprofessionnel du Cognac, le CVC mène un programme pour l’inscription du cépage à l’AOC pour 2027 (deux parcelles d’essai Valeur Agronomique Technologique Environnementale sont en cours). Mais une demande de classement temporaire devrait être prochainement déposée auprès du Comité Technique Permanent de la Sélection (CTPS). Espérant une instruction rapide, le CVC a déjà réalisé 8 000 greffes cette année, en préparation d’un possible déploiement expérimental dès l’an prochain.

Force de la résistance

Obtenu en 1929 par l’agronome charentais Jean-Louis Vidal (avec un croisement d’Ugni blanc et de Rayon d’Or*), le Vidal 256 n’est pas inscrit au catalogue français. Mais il est planté au Canada. « Depuis 80 ans d’utilisation là-bas, il n’y a pas eu de contournement. Ce qui témoigne de la robustesse de sa résistance dans le temps » estime Sébastien Juillard. Pour étayer scientifiquement ces observations, des essais en laboratoire ont été conduits pour déterminer les niveaux de résistance (ce qui permet d’en connaître la durabilité).

Ces tests en conditions contrôlées ont conclu que « le niveau de résistance au mildiou est intermédiaire, mais intéressant. Pour l’oïdium, la résistance est plutôt faible. Et décevante par rapport aux observations au vignoble » déroule Didier Merdinoglu, le responsable de l’équipe d’amélioration de la vigne de l’INRA de Colmar. L’expert estime cependant qu’il serait intéressant d’approfondir ces recherches, surtout pour le mildiou, en cartographiant ses facteurs de résistance. D’un point de vue génétique, les premiers tests ont révélé que la résistance au mildiou serait liée au locus Rpv 3.4, et celle à l’oïdium à Ren 3 (gènes également présents chez le Rayon d’Or).

Facteurs d’enrichissement

Pour les chercheurs, il est désormais nécessaire d’identifier les facteurs de résistance. Non seulement afin de préserver des résistances locales, mais aussi pour avoir à disposition de nouveaux facteurs de résistance à intégrer dans le programme d’obtention Martell. Les chercheurs ayant « l’espoir de trouver des facteurs inconnus pour enrichir la création variétale » explique Bernard Pineau. Mais dans le meilleur des cas, ces obtentions Martell ne sont pas espérées dans le cahier des charges des eaux-de-vie charentaises avant 2034.

 

* : Le Rayon d’Or est aussi appelé 4 986 Seibel, faisant du Vidal blanc un hybride interspécifique.

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé