LE FIL

Marché mondial

Les vins effervescents, grands gagnants de 2016

Mardi 11 avril 2017 par Alexandre Abellan

Si les vins effervescents représentent quatre fois moins de volume que le vrac, ils pèsent pour deux fois plus de valeur.
Si les vins effervescents représentent quatre fois moins de volume que le vrac, ils pèsent pour deux fois plus de valeur. - crédit photo : Création Vitisphere
Si les exportations internationales sont en repli, les bulles affichent des performances insolentes, tandis que la part de la bouteille continue de s'éroder et que le vrac se replie soudainement.

En 2016, les échanges mondiaux de vin se sont élevés à 104 millions d’hectolitres, pour un chiffre d’affaires de 29 milliards d’euros. Soit une baisse de 1,2 % en volume et une hausse de 2 % en valeur annonce l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin (OIV), présentant aujourd’hui ses dernières estimations statistiques. « Sur le moyen terme, ces évolutions correspondent à une relative stabilisation du marché mondial en volume depuis 2011, alors qu’en valeur la progression du marché mondial se poursuit » analysent les experts.

Mais dans le détail, les échanges mondiaux marquent le pas pour la bouteille et, désormais, le vrac, tandis que les effervescents gardent le vent en poupe. Avec 7,9 millions hl pour 5,2 milliards €, les bulles affichent des hausses respectives de 7 et 3 %. Alors que la bouteille accuse un nouveau repli de 1 % en volume (à 54,9 millions hl), pour une hausse de 2 % en valeur (à 20,8 milliards €). Et que les expéditions de vrac* chutent de 4 % en volume (à 38,3 millions hl) et de 1 % en valeur (à 2,9 milliards €).

 

* : Grâce à un changement de nomenclature douanière internationale, il sera possible de distinguer les vins en vrac des wine-in-box à partir de 2017. Actuellement, aucune distinction ne peut être faite.
 

Podiums

Dense à défaut de digeste, la conférence de presse de l’OIV est également l’occasion de réviser, plus que d’actualiser, sa connaissance des classements viticoles mondiaux.

En superficie viticole, l’Espagne reste première avec 975 000 hectares (+1 % par rapport à 2015), suivie par la Chine (847 000 ha, +17 %) et la France (785 000 ha, stable). En termes de production de vin, l’Italie arrive en première position (50,9 millions hl, +0,9 %), suivie par la France (43,5 millions hl, -4 %) et l’Espagne (39,3 millions hl, +2 %).

L’Espagne reste le premier pays exportateur de vins en volume, avec 22,9 millions hl en 2016 (-7 %). Suivi par l’Italie (20,6 millions hl, -2 %) et la France (14,1 millions hl, +1 %). La France conserve la place de premier pays fournisseur de vins en valeur, avec 8,3 milliards € (stable). Suivie par l’Italie (5,6 milliards €, +4 %) et l’Espagne (2,6 milliards €, stable).

Pour ce qui est des importations, l’Allemagne est numéro un en volume (14,5 millions hl, -5 %), suivie par le Royaume-Uni (13,5 millions hl, -1 %) et les États-Unis (11,2 millions hl, +1 %). En valeur, les États-Unis arrivent en tête avec 5 milliards € importés (+3 %), suivis par le Royaume-Uni (3,5 milliards €, -10 %) et l’Allemagne (2,5 milliards €, stable).

Au niveau de la consommation, les États-Unis sont premiers avec 31,8 millions hl (+1 %), suivis par la France (27 millions hl, stable) et l’Italie (22,5 millions hl, +1 %).
 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé