LE FIL

Jeunes agriculteurs du Gard

Cinq mesures pour clarifier les linéaires français

Jeudi 02 mars 2017 par Michèle Trévoux

Anaïs Almaric, présidente des Jeunes Agriculteurs du Gard :  « Les metteurs en marché utilisent des noms de marque à consonance française, des visuels rappelant nos beaux vignobles, certains vont même jusqu’à mettre en avant la bouteille avec une baguette de pain pour accentuer cette ambigüité ».Anaïs Almaric, présidente des Jeunes Agriculteurs du Gard : « Les metteurs en marché utilisent des noms de marque à consonance française, des visuels rappelant nos beaux vignobles, certains vont même jusqu’à mettre en avant la bouteille avec une baguette de pain pour accentuer cette ambigüité ». - crédit photo : Michèle Trévoux
Les Jeunes agriculteurs du Gard dénoncent l’ambigüité de l’étiquetage des vins espagnols dans la GD française, qu’ils considèrent comme une duperie pour le consommateur comme pour les producteurs.

« Aujourd’hui, la grande distribution, avec une partie de ses marques distributeurs, joue sur l’origine d’approvisionnement sans que le consommateur en soit clairement informé. L’origine du vin est dissimulée grâce à des procédés quelque peu équivoques : des taille de polices inférieures, des positionnements non visibles au premier coup d’oeil ». Preuve à l’appui, Anaïs Amalric, co-présidente des JA du Gard, dénonçait hier lors d’une conférence de presse à Nîmes, l’ingéniosité de la grande distribution et des négociants pour entretenir le flou sur l’origine de ces vins. « Les metteurs en marché utilisent des noms de marque à consonance française, des visuels rappelant nos beaux vignobles, certains vont même jusqu’à mettre en avant la bouteille avec une baguette de pain pour accentuer cette ambigüité ».

Ce n’est pas tout. Les JA pointent également la désorganisation des linéaires, qui ajoute encore à la confusion. « Le consommateur peut retrouver dans le rayon Vin de Pays des vins d’origine étrangère au milieu des vins français. Pourtant les vins de qualité d’origine étrangère sont, eux, bien organisés, dans un rayon distinct. Pour les Bag in Box, il est aujourd’hui très rare de trouver en grande distribution des linéaires bien différenciés selon l’origine des vins ». La grande distribution n’est pas la seule à être mise en cause par le syndicat. La restauration est également pointée du doigt. « Ce n’est pas une généralité, mais aujourd’hui, un doute plane sur l’origine des vins en pichet proposés à la carte de certains restaurants. C’est loin d’être anodin. Ces vins représentent 23% des volumes vendus dans ce secteur », signale la co-présidente. Pour les JA du Gard, la situation est critique. « L’offensive massive des vins de cépages espagnols impacte à présent directement nos vins. Dans les caves où la majorité des volumes sont vendus en vrac au négoce, les cuves ne sont pas retirées car les prix sont trop élevés par rapport à la concurrence. Si la GD persiste à basculer les BIB de vin français en vin espagnol, dans le Gard, nous pourrions perdre 300 000 hl », prédit le syndicat.

Les JA du Gard réclament donc une série de mesures pour que le consommateur soit clairement informé sur le produit qu’il achète :

-          Un étiquetage clair avec une hiérarchisation de l’information : mettre en avant l’origine des vins plutôt que le lieu de conditionnement et rendre obligatoire l’origine du vin sur l’étiquette principale

-          Un linéaire distinct pour les vins français, en bouteilles comme en BIB

-          Une transparence sur l’origine des vins en pichet dans la restauration

-          L’interdiction d’importer des vins issus de raisins traités avec des produits phyto interdits en France

-          La mention de l’origine des vins dans les boissons à base de vin. 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé