Accueil / Commerce/Gestion / Le vignoble français en recul de 11 800 hectares

Décroissance
Le vignoble français en recul de 11 800 hectares

FranceAgriMer pourra attribuer 7 939 ha de plantations nouvelles en 2017, contre 8 057 ha l'an dernier. C'est la preuve que la superficie du vignoble a reculé malgré la croissance permise par la réglementation européenne.
Par Bertrand Collard Le 17 février 2017
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le vignoble français en recul de 11 800 hectares
Le potentiel viticoel français aurait recul de 1,5 % en un an. - crédit photo : DR
L

ors de sa présentation des résultats des exportations françaises de vins et spiritueux, le 9 février, la FEVS avait surpris son monde. La fédération des exportateurs avait annoncé que le vignoble français avait perdu 5 000 hectares l’an dernier. Si l’on en croit les derniers chiffres de FranceAgriMer, elle est loin du compte.

Le vignoble est passé sous 800000 ha

Le 16 février, l’établissement a annoncé que le plafond de plantations nouvelles attribué cette année est fixé à 7 939 ha alors qu’il était de 8 057 ha pour les demandes faites en 2016. Rappelons que ce plafond correspond à 1 % de la superficie du vignoble. Celui-ci couvre donc 79 3900 ha cette année contre 80 5700 l’an dernier.

Par déduction, on peut affirmer que la France a perdu 11 800 ha en un an, soit 1,5 % de sa surface. Le recul est donc plus important que le taux de croissance permis par la nouvelle réglementation européenne.

Face à ce raisonnement, FranceAgriMer a appelé à la prudence. « Cela ne signifie pas que cette surface est perdue. On peut fort bien imaginer que des viticulteurs ont reporté des projets de plantation pour des raisons qui leur sont propres. » Dans cette hypothèse, la surface du vignoble devrait à nouveau croître lorsque les viticulteurs réaliseront les plantations qu’ils sont autorisés à faire. Nul doute que cette donnée sera suivie de près.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
Pascale Le 28 février 2017 à 14:31:30
Le raisonnement de FranceAgriMer est juste, dans le sens que si plusieurs viticulteurs se trouvent en difficultés financières : aides ou pas, une plantation a un coût ! Ils vont faire le choix de reporter voir perdre leur droits, car cela devient de plus en plus difficile de survivre !!!
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé