Accueil / Viticulture / Orientus ishidae, un vecteur alternatif à surveiller

Flavescence dorée
Orientus ishidae, un vecteur alternatif à surveiller

Dans le Sud Gironde, la présence fréquente, à défaut de massive, de cette nouvelle cicadelle a de quoi inquiéter. Étant fréquemment porteuse du phytoplasme de la flavescence dorée.
Par Alexandre Abellan Le 20 février 2017
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Orientus ishidae, un vecteur alternatif à surveiller
Reprenant l’expression de chercheurs américains, Denis Thiéry juge que les cicadelles sont de véritables « seringues volantes ».
l

« La diversité de la communauté des cicadelles dans le vignoble du Sauternais et des Graves est surprenante » ne peut s’empêcher de constater le chercheur Denis Thiéry, de l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin. Ce 14 février, lors de la dernière matinée technique du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB), il présente les résultats du projet Risques d’Invasion en Vignobles Aquitains, qui a recensé 78 espèces de cicadelles sur six parcelles en 2016 (pour 7 940 insectes identifiés, des chiffres sensiblement identiques à la prospection de 2015).

Le chercheur tique notamment sur la présence répétée d’une cicadelle : Orientus ishidae. « Ce n’est ni original, ni nouveau, mais sa présence est confirmée. Comme il est avéré qu’il s‘agit d’un vecteur alternatif à la flavescence doré » souligne-t-il. Capturée sur chacune des parcelles expérimentales, la cicadelle Orientus ishidae présente surtout un fort taux de contamination au phytoplasme de la flavescence dorée. Sur 345 adultes capturés en 2015*, 49 étaient porteurs en 2015* (soit un taux de 15 %). Ce qui retire de facto à Scaphoideus titanus le titre de cicadelle de la flavescence dorée. « Mais cela ne veut pas dire que leur capacité à transmettre et contaminer des vignes soit plus élevée par individus » précise Denis Thiéry.

Vecteur émergent

D’abord repéré en Suisse en 2014, l’insecte invasif asiatique est aussi présent en Alsace et en Bourgogne prévient le chercheur. Il faut cependant préciser que la cicadelle Orientus ishidae est bien moins présente que Scaphoideus titanus (respectivement 4 et 35 % des piégeages).

Mais contrairement à Scaphoideus titanus, Orientus ishidae n’est pas inféodée à la vigne, se déplaçant entre les compartiments végétaux. L’enjeu est désormais d’élargir le réseau surveillance estime Denis Thiéry, qui propose des essais dans le Libournais et en Pessac-Léognan

 

* : Les résultats 2016 sont encore en cours de traitement, et notamment d’identification. A noter que le piégeage a été réalisé par système englué (BioBest).

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé