Accueil / Commerce/Gestion / Les exportations des IGP ligériennes en croissance

Vins de cépages
Les exportations des IGP ligériennes en croissance

A quelques mois de l'entrée officielle des IGP ligériennes au sein d'Interloire, point sur l'économie de cette indication géographique qui s'étend du Puy de Dôme à Nantes.
Par Marion Sepeau Ivaldi Le 16 février 2017
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les exportations des IGP ligériennes en croissance
58 % des volumes d'IGP Val de Loire sont produits en blanc, 20 % en rouge, le reste en rosé. 24 cépages sont inscrits dans le cahier des charges. - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi
E

n août prochain, les IGP du Val de Loire passent dans le giron d’InterLoire. La catégorie en attend beaucoup du point de vue commercial. Son principal réseau de distribution est le CHR et la vente directe qui représentent 56 % des 250 000 hl commercialisés annuellement. L’accès au moyen de communication et au savoir-faire d’Inter Loire est ainsi vécu comme un moyen de développer l’export qui représente 21 % des volumes (avec deux marchés principaux : la Grande-Bretagne et les Etats-Unis). Mais, reconnaît l’ODG, pour se faire : « il faudra inciter les vignerons à produire un plus de cépages, ce qui se fera à la condition que les metteurs en marché achètent à un prix rémunérateur ». Il faudra aussi tenir compte de la concurrence potentielle de sourcing hors région : l’IGP Val de Loire est à 140 euros/hl pour le sauvignon et 117 euros/hl pour le chardonnay, plus chère donc que les cours languedociens. Mais les vins de cépage du Val de Loire misent sur l’effet d’entraînement régional et se considèrent comme une alternative compétitive aux AOC ligériennes renommées et parfois un peu chères pour certains marchés. D’ailleurs, ils bénéficient comme les AOC d’une croissance sur les expéditions internationales. En deux ans, les volumes exportés ont crû de 8 % en volume et 22 % en valeur.

4300 hectares cultivés

Répartie sur pas moins de quatorze départements, l’IGP Val de Loire est cultivée sur 4300 hectares, dont 1500 ha en Loire-Atlantique. 58 % des volumes sont produits en blanc, 20 % en rouge, le reste en rosé. 24 cépages sont inscrits dans le cahier des charges : des cépages internationaux mais aussi locaux comme le chenin, le grolleau gris et noir, le pinot gris, le pineau d'Aunis.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
millet Le 16 février 2017 à 10:03:44
Je vous propose de bien relire la liste des c?pages dans le cahier des charges. cela pourrait ?viter quelques erreurs.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé