LE FIL

Les syndicats viticoles face aux mutations

Vendredi 10 février 2017 par Marion Sepeau Ivaldi

Le syndicalisme viticole serait-il à l’aube d’une période de turbulences ? Dans le Gard, un nouveau syndicat naît avec l’intention de livrer une bataille musclée. Les Vignerons coopérateurs perdent des adhérents. La Cnaoc se voit contestée dans son action visant à défendre les zones de non-traitement au sein de la législation régulant les pratiques phytosanitaires. Les Vignerons indépendants ont, depuis longtemps, décidé de concentrer davantage leurs efforts sur la promotion des produits plutôt que la défense du métier. L’Association générale des producteurs de vin ne prend la parole que sporadiquement et n’a pas, par exemple, été chef de file sur la question de la mutuelle des salariés agricoles. Dans cet espace politique laissé béant, qui va tirer son épingle du jeu ? Les courants de pensée sont très différents et s’affrontent : ceux dont l’action vise à se positionner sur l’environnement, ceux qui se préoccupent d’importations espagnoles, ceux qui militent pour la défense du métier et ceux qui voient la réforme de l’OCM se profiler à l’horizon. Le syndicalisme à vocation générale, qui a besoin de consolider sa base après une crise du lait, des céréales et du porc qui a laissé des traces, doit y voir une belle opportunité. Mais elle n'est pas la seule, la Coordination rurale et le Modef deviennent de plus en plus actifs sur les sujets viticoles.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé