LE FIL

Vignoble nantais

Le muscadet poursuit sa premiumisation

Mardi 31 janvier 2017 par Patrick Touchais

La démarche de premiumisation du muscadet, initiée dans les années 2000, se développe pas à pas dans le vignoble nantais.
La démarche de premiumisation du muscadet, initiée dans les années 2000, se développe pas à pas dans le vignoble nantais. - crédit photo : DR
À terme, le vignoble nantais devrait compter dix appellations communales. Trois sont déjà reconnues, et quatre sont en cours. Champtoceaux, sur les bords de Loire, vient de se lancer.

On les appelle volontiers « cru », mais il s’agit plus d’une approche d’appellation communale. Toujours est-il que la démarche de premiumisation du muscadet, initiée dans les années 2000, se développe pas à pas dans le vignoble nantais.

La dernière en date, a pris corps en 2014, à la frontière est de l’appellation, sur les terres de Loire-Atlantique et du Maine-et-Loire voisin, séparées par la Loire, là où est produit le muscadet coteaux de la Loire. Preuve de cette union de terroir au détriment des frontières des territoires, c’est le nom d’une commune angevine qui a été retenue pour fédérer l’ensemble de la future AOC : Champtoceaux.

La douzaine de producteurs s’est engagée dans un cahier des charges exigeant, affichant la volonté d’une démarche haut de gamme : cépage melon à 100 %, densité à 6 500 pieds minimum, vignes d’au moins 5 ans, rendement à 45 hl/ha, degré minimum à la récolte à 11, élevage minimum sur lies de 17 mois minimum. À terme, le volume global pourrait représenter quelque 600 hl. Une vraie niche pour renouveler l’offre et pour séduire les cavistes, la restauration et les clients particuliers dans les caveaux.

Un mouvement né en 2011

Cette démarche des bords de Loire s’inscrit dans un mouvement né au cœur du vignoble de muscadet Sèvre-et-Maine. Trois premiers crus ont été officiellement reconnus en 2011 : Clisson, Gorges et Le Pallet. Quatre autres communales sont sur le point d’être validées par l’Inao, après que les aires géographiques ont été mises à la consultation publique fin 2016. Il s’agit de Château-Thébaud, Goulaines, Monnières-Saint-Fiacre et Mouzillon-Tillières. Enfin, pas tout à fait abouties, mais en cours de travail, La Haye-Fouassière et Vallet pourraient rejoindre le club d’ici peu. À terme, le pays nantais pourrait revendiquer 10 « crus » communaux, porteurs d’un renouveau du vignoble, avec des bouteilles bien valorisées. Si tout cela ne représente que peu de volume – 10 % peut-être au global –, ces dénominations se placent clairement au sommet de la hiérarchisation. Chantier qu’il reste à finir de construire dans le vignoble nantais en travaillant le muscadet AC, la base de la pyramide.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé