LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Protection des appellations

Une Côte-Rôtie, cela ne se partage pas !

Vendredi 27 janvier 2017 par Juliette Cassagnes

Ca chauffe autour de la Côte rôtie...
Ca chauffe autour de la Côte rôtie... - crédit photo : DR
L'Inao a demandé aux producteurs de Saint-Véran de ne plus commercialiser leurs vins étiquetés de la mention du Climat « la Côte Rôtie ». Un lieu-dit de l'appellation pourtant cadastré depuis le 19eme siècle et qu'ils exploitent « depuis des décennies ».

C'est l'histoire de deux syndicats de vignerons qui se disputent une Côte-Rôtie. D'un côté, au sud, les vignerons de l'AOC Côte-Rôtie (Rhône). De l'autre, plus au nord, les vignerons de Saint-Véran (Saône-et-Loire) qui cultivent des vignes sur un Climat dénommé « La Côte-Rôtie ». Un bout de gras que les premiers ne souhaitent plus partager. Ils décident alors d'entamer des démarches auprès de l'Inao pour mettre un terme à ce qu'ils perçoivent comme une usurpation d'identité. Rappelons au passage que le Saint-Véran est un vin blanc issu du cépage Chardonnay et que le Côte-Rôtie est un vin rouge à base de Syrah, et que l'objet du préjudice, si tant est qu'il y en ait un, porte sur 9,6 hectares de vignes et 12000 bouteilles.

"Le paradoxe de la protection des appellations"

C'est donc en octobre 2016 que la décision tombe. En vertu de la réglementation européenne concernant la protection des AOP, les producteurs de Saint-Véran seront dorénavant interdits de Côte-Rôtie...Qui l'eut cru ? Certainement pas les bourguignons, qui y cultivent leurs vignes depuis « plusieurs décennies » sur ce lieu-dit inscrit au cadastre « depuis au moins le 19eme siècle ».

Ne souhaitant pas pour autant lâcher le morceau, l'Union de producteurs du cru Saint-Véran a tenté de trouver un « accord à l'amiable » en allant défendre leur cause auprès des plaignants, en décembre dernier. Mais c'était peine perdue. Ces derniers sont restés fermes à toutes les propositions...Une Côte-Rôtie ne se partage pas. C'était donc cuit. 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Norbert Le 27 janvier 2017 à 19:02:07
C'est dommage de se priver ainsi d'une délicieuse subtilité... Mais heureusement que la Bourgogne conserve encore un délicat mélange de lieux-dits et d'appellations qui permet aux esprits distingués de déguster avec de la conversation (Romanée à Chassagne, Echézeaux à Chambolle et bien d'autres encore).
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé