LE FIL

Flèche de tout bois

La valorisation des sous-produits de la vigne et du vin mis en jeu

Mardi 29 novembre 2016 par Alexandre Abellan

Participant à la première conférence du Forum des Idées, Valérie Lempereur et Sophie Penavayre se sont amusées à poser quelques colles aux professionnels présents ce mardi matin.Participant à la première conférence du Forum des Idées, Valérie Lempereur et Sophie Penavayre se sont amusées à poser quelques colles aux professionnels présents ce mardi matin. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Pour démontrer que chaque déchet viti-vinicole est une matière première dont la valorisation est souvent ignorée, l’IFV propose tout simplement de jouer.

A partir de rafles, marcs de raisin, lies de vin et autres sarments, sauriez-vous comment produire de l’électricité, des agrocarburants, de l’huile ou des cosmétiques ? C’est tout l’enjeu du jeu fléché présenté par l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV) à l’occasion du salon Vinitech. « Avec notre atelier participatif et ludique, on retrace le chemin des déchets viti-vinicoles, jusqu’à des produits de consommation bien connus » explique Sophie Penavayre de l’IFV Beaujolais présentant cette réalisation du projet Biomasse Viticole.

L’outil propose aux curieux de relier des déchets viti-vinicoles à des processus de valorisation (distilleries principalement, mais aussi broyage, compostage, épandage, méthanisation…). Cette initiation à la valorisation des sous-produits « marche aussi bien avec le grand public, notamment les enfants, qu’avec les professionnels qui n’ont pas forcément conscience de tout ce que l’on peut faire avec leurs déchets » rapporte Sophie Penavayre.

Pages jaunes

Achevé en mai dernier, le projet biomasse viticole de l’IFV va également publié un atlas en janvier 2017. Réalisé sur quatre bassins viticoles, cet outil cartographique recense les pôles de gisement et les unités de valorisation sur quatre bassins (Aquitaine, Beaujolais-Bourgogne-Savoie-Jura, Champagne et Charentes-Cognac). L'atlas sera assorti d'un annuaire, ayant vocation à créer du contact et des réseaux d'optimisation des sous-produits.

 



Le jeu est agrémenté d’une solution, pour connaître les voies de valorisation de chaque sous-produits, et celles les plus empruntées actuellement. Sachant que les cinquante distilleries françaises traitent chaque année 850 000 tonnes de marcs de raisin et 1,4 million d’hectolitres de lies de vin.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé