LE FIL

Bordeaux

Le château de Brondeau, septième domaine acheté par le groupe chinois Huiyuan

Jeudi 24 novembre 2016 par Alexandre Abellan

La famille Meneret-Audy a cédé en 2011 la propriété à la famille Vuille, qui avait vendu dans le même temps ses vignes en Cognac.La famille Meneret-Audy a cédé en 2011 la propriété à la famille Vuille, qui avait vendu dans le même temps ses vignes en Cognac. - crédit photo : Château de Brondeau
Sans éclats, l’investisseur chinois complète sa collection avec une propriété en Bordeaux Supérieur. D’autres transactions sont en cours, et un cru classé serait même visé à terme.

Le groupe Huiyuan Juice vient de racheter le château de Brondeau à la famille Vuille. Soit 8 hectares de merlot d’un tenant, en AOC Bordeaux Supérieur, et un cuvier de 1 500 hectolitres de capacité confirment les époux Vuille. Qui ont sauté sur l'occasion de se séparer de leur propriété et de profiter de leur retraite. Discrets, pour ne pas dire furtifs, les nouveaux propriétaires sont restés injoignables, la ligne téléphonique du domaine n'ayant pas été reconduite. Tout comme les six autres châteaux rachetés par l'investisseur. Le château de Brondeau n'est en effet que la dernière acquisition d’une longue série pour le groupe Huiyuan rapporte le site chinois Wine Business Observation.

Car depuis 2014, le groupe chinois, a conclu pas moins de sept transactions dans le vignoble bordelais. Quatre autres seraient en cours de finalisation. Et l’investisseur asiatique vise désormais l’achat d’un cru classé, en Médoc ou Saint-Emilion, pour compléter son porte-feuille viticole. « Un groupe chinois de jus de fruits s’approprie discrètement onze propriétés bordelaises » résume le site anglais The Drink Business

Jus de fruits
A l’origine spécialisé dans les jus de fruits frais, Huiyuan Group Holdings se diversifie dans les vins pour monter en gamme. Sa division vin a notamment acheté il y a deux ans le château Perrin d’Hoge (AOC Bordeaux Supérieur). Et l'an dernier le château La Fleur Jonquet (9 ha en AOC Graves), comme le confirme Laurence Lataste, l'ancienne propriétaire (qui l'avait vendu en 2013 à un investisseur chinois).

Le groupe a également investi dans des domaines chinois (dans les provinces de Jilin dès 2012, et plus récemment à Shandong), ce qui l’amènerait à une production de 3 millions de cols par an rapporte WBO. Dont 2 millions destinés au marché chinois.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé