LE FIL

Assurance Récolte

Trop tard pour changer les choses pour 2017

Mercredi 16 novembre 2016 par Bertrand Collard

Christine Avelin, directrice du cabinet de Stéphane Le Foll au congrès de la Cnaoc le 15 novembre
Christine Avelin, directrice du cabinet de Stéphane Le Foll au congrès de la Cnaoc le 15 novembre - crédit photo : Bertrand Collard
Le ministère de l’Agriculture annonce qu’il est trop tard pour revoir l’assurance récolte pour 2017. Les discussions en cours pourront aboutir à revoir les contrats 2018.

La réponse a le mérite d’être claire. « Nous avons entendu vos propositions sur la moyenne olympique et sur le plafond de chiffre d’affaires assurable. Ce sont des sujets à creuser pour l’assurance-récolte 2018 », a expliqué Christine Avelin, directrice du cabinet de Stéphane Le Foll devant l’assemblée générale de la Cnaoc à Paris, le 15 novembre.

Pour 2017, les jeux sont faits. Il n’y aura pas d’amélioration apportée aux contrats d’assurance récolte. « Les assureurs sont déjà en train de vendre des contrats pour les récoltes 2017. On ne peut pas changer les règles en cours de route », a ajouté Christine Avelin.

"Une réponse difficile à entendre"

Une réponse claire qui n’a pas satisfait Bernard Farges, président de la confédération des syndicats d’AOC. « Dès fin août, après le terrible sinistre qui a frappé l’Hérault, on savait qu’il y avait trop peu de viticulteurs assurés. On savait qu’il fallait rendre le contrat socle plus attractif, a-t-il rappelé. Il est difficile d’entendre, le 15 novembre, qu’il est trop tard pour changer les choses pour 2017. »

La Cnaoc demande que la moyenne « olympique » (moyenne de cinq dernières récoltes, moins la meilleure moins la plus mauvaise) qui sert de référence pour le déclenchement de l’assurance soit remplacée par les rendements « figurant dans les cahiers des charges des AOC ». Elle demande également de revoir les chiffres d’affaires assurables AOC par AOC, « au cas par cas ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé