Accueil / Commerce/Gestion / Après le tremblement de terre, les wineries néo-zélandaises épongent

Bu sur le web
Après le tremblement de terre, les wineries néo-zélandaises épongent

Impressionnant de brutalité, le séisme qui a secoué l'archipel n'a causé que quelques dégâts matériels dans les domaines viticoles, abîmant des cuves et cassant des bouteilles.
Par Alexandre Abellan Le 16 novembre 2016
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Après le tremblement de terre, les wineries néo-zélandaises épongent
Avec une cinquantaine de répliques, les secousses ont mis à mal les étals de bouteilles de vin. Comme ici le magasin The Nelson Grocer (Nelson City). - crédit photo : The Nelson Grocer
D

ans la nuit du 13 au 14 novembre, un séisme de magnitude 7,5 a éclaté à North Canterbury, sur l’Île du Sud de la Nouvelle-Zélande. Se propageant sur l’île du Nord, ce tremblement de terre a depuis été suivi par une cinquantaine de répliques. « Les wineries de Malborough et de North Canterbury sont maintenant en mode nettoyage » rapporte le syndicat des Vignerons de Nouvelle-Zélande (NZW). « Après une nuit mouvementée à Malborough, nous sommes heureux de dire que tout le monde est en bonne santé » confirme ainsi Saint Clair Family Estate sur Twitter, précisant « qu’à cause de quelques bouteilles éclatées et d’un petit coup de balai à passer, le restaurant n’ouvrira pas aujourd’hui ».

Plus de peur que de mal

« Nous avons envoyé des mails à tous nos membres des zones touchés, et il n’y a eu aucun blessé. Ce qui est une très bonne nouvelle » précise avec soulagement Philip Gregan, le directeur général de NZW. Si les dégâts sont souvent minimes par rapport à la peur ressentie sur l’instant, ils restent impressionnants. « Au Sud de Blenheim, à Riverlands Industrial Estates, il y a eu des cuves de 2 400 hectolitres qui se sont fendues, et dont le vin s’est vidé sur la route » témoigne le site local Stuff.

« Alors que ce séisme est beaucoup plus fort que ceux de magnitudes 6,5 en 2013 et 6,3 en 2011 qui ont dévasté Christchurch, il semble avoir causé bien moins de dégâts. Comme son épicentre se trouve dans une zone plus reculée et que son énergie s’est dispersée sur zone étendue » précise la revue américaine Wine Spectator. Qui ajoute que les précédents tremblements de terre ont poussé la filière à sécuriser davantage leurs outils de production.

A lire aussi
Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé