LE FIL

Développement

In Vivo : après le vin, les nouvelles technologies

Mardi 08 novembre 2016 par Michèle Trévoux

« Grâce aux nouvelles technologies, le digital en particulier, les agriculteurs peuvent produire plus et mieux. C’est ce que nous voulons démontrer avec la création, d’ici 2020, d’un réseau de 1 000 fermes numériques, dont environ 20 % en viticulture », confie Thierry Blandinière.« Grâce aux nouvelles technologies, le digital en particulier, les agriculteurs peuvent produire plus et mieux. C’est ce que nous voulons démontrer avec la création, d’ici 2020, d’un réseau de 1 000 fermes numériques, dont environ 20 % en viticulture », confie Thierry Blandinière. - crédit photo : DR
Développements tous azimuts pour le groupe In Vivo. Après avoir créé l’an dernier son quatrième pôle d’activité avec InVivo Wine, le groupe coopératif amorce une diversification dans les nouvelles technologies.

« L’an dernier, nous avions informé les acteurs de la filière viticole de notre ambition avec In Vivo Wine, aujourd’hui nous passons à l’action ». Offensif, Thierry Blandinières, directeur général du premier groupe coopératif agricole français, est convaincu du bien-fondé du développement du pôle vin au sein de son groupe. En un an, le projet InVivo Wine a séduit 23 caves coopératives du grand sud de la France qui ont adhéré à InVivo. Six à sept autres sont en cours de finalisation, parmi lesquels Terre de Vignerons, groupement de 14 caves coopératives d’Aquitaine, produisant 1 million d’hl par an. « Nous sommes en phase avec nos objectifs. Nous démarrerons l’année 2017 avec une trentaine de caves partenaires, capables de nous livrer des qualités répondant à un cahier des charges pour l’élaboration de vins premium », affirme-t-il. Les caves sont engagées dans des contrats pluriannuels, passage obligé pour la construction de marque. Les vins sont achetés par le groupe InVivo, qui fait l’avance de trésorerie pour Vinadeis ou Cordier, qui assurent la mise en marché des vins en bouteille.

Lancement d’un Bordeaux premium sous la marque Cordier relookée

« Les vins français perdent des parts de marché à l’export. Nous avons l’ambition, en partenariat avec nos caves adhérentes, de créer des marques fortes pour développer les vins français sur le grand export », martèle le directeur. Le premier lancement a eu lieu en mai dernier à Vinexpo Hong Kong : un Bordeaux premium (15 $ la bouteille) sous la marque Cordier, qui a été relookée. Le style du vin a également été revu et corrigé pour obtenir un Bordeaux moins boisé et plus frais. Le produit est également déployé depuis juillet sur le marché américain. En France, il devrait être référencé l’an prochain chez Monoprix. La marque Cordier s’étoffera prochainement avec une gamme de vin de cépages (Malbec, Gamay, Sauvignon.), elle aussi positionnée à un niveau premium (15 à 20 $ à l’export, 10 € sur le marché français). Le lancement est prévu sur Vinexpo à Bordeaux en juin 2017.

1 000 fermes numériques d’ici 2020

Autre cheval de bataille du groupe InVivo : la révolution numérique en agriculture. « Grâce aux nouvelles technologies, le digital en particulier, les agriculteurs peuvent produire plus et mieux. C’est ce que nous voulons démontrer avec la création, d’ici 2020, d’un réseau de 1 000 fermes numériques, dont environ 20 % en viticulture », confie Thierry Blandinière. Ces exploitations seront des fermes pilotes qui serviront de référence pour tous les agriculteurs en France. Elles mettront en œuvre des nouvelles technologies du numérique pour une agriculture de précision avec un pilotage à la parcelle. Pour mettre en place ce réseau qui partira de l’acquis des 350 fermes éco-phyto, InVivo s’engage à trouver des moyens financiers au sein du groupe et auprès des Régions, « qui sont très mobilisées sur le sujet », indique Thierry Blandinières.

Un studio digital à Montpellier en 2017

Enfin InVivo a le projet d’ouvrir en tout début de l’année 2017 un studio digital à Montpellier. À l’instar de We’nov, centre d’innovation en santé animale inauguré en juillet dernier dans le Morbihan, InVivo veut créer à Montpellier un centre d’innovation sur l’agriculture de précision. Aux côtés de Smag, filiale d’InVivo spécialisée dans les logiciels agricoles, le studio digital accueillera à terme une dizaine de start up spécialisées dans le digital au service de l’agriculture et de la viticulture. In Vivo a créé à cet effet un fonds d’investissement, InVivo Invest, doté de 5 M€, pour investir dans le capital de ces jeunes pousses prometteuses. Il leur offrira également la possibilité de tester leurs produits dans les fermes numériques et de les distribuer à travers ses réseaux de distribution.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé