Accueil / Viticulture / Les pépiniéristes s'attendent à une nouvelle campagne soutenue

Plantations 2017
Les pépiniéristes s'attendent à une nouvelle campagne soutenue

Entre plans de restructurations et besoins de complantation, la pépinière française se dit confiante. La publication de ses chiffres clés confirme sa dynamique, mais aussi le repli de sa compétitivité.
Par Alexandre Abellan Le 21 octobre 2016
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les pépiniéristes s'attendent à une nouvelle campagne soutenue
Du 18 au 20 octobre, l’assemblée générale de la FFPV a réuni 250 pépiniéristes à la Cité du Vin de Bordeaux. Quasiment le quart de la profession. - crédit photo : FFPV
S

ur la campagne 2015-2016, la pépinière française a mis en œuvre 225 millions de plants greffés-soudés et racinés selon FranceAgriMer. Soit une nette hausse de 13 % par rapport à la précédente campagne, ce qui fait de cette production la plus importante de la décennie (sans pour autant arriver au niveau de 2005 : 260 millions de plants). Sur l’année écoulée, 1,7 million de racinés ont été mis en œuvre (+14 %) et 223,2 millions de greffés-soudés (+3 %). Et à eux deux, les bassins de la Nouvelle-Aquitaine et de Provence-Alpes-Côte d’Azur concentrent la moitié des mises en œuvre.

La pépinière française est en bonne santé

« Il faut retenir de ces chiffres que notre pépinière reste dans une dynamique équilibrée. Nous sommes toujours le premier producteur de plants de vigne au monde » commente David Amblevert, le président de la Fédération Française de la Pépinière Viticole*, lors de son assemblée générale du 20 octobre. Commençant à recevoir de nouvelles commandes pour les plantations 2017, les pépiniéristes se disent confiants. Préférant faire état de taux de reprise satisfaisant que de risques de manque de plants. « La prochaine campagne s’annonce soutenue. La demande est dopée par les plans de restructuration. Les besoins en complantation restent élevés » rapporte David Amblevert.

Performances nuancées

Si la Fédération dresse un tableau optimiste de ses performances, passées et à venir, les statistiques ministérielles les nuancent. S’il y a une croissance des vignes-mères de porte-greffe (2 119 ha, +3,5 %), il y a, en revanche, un repli de celles de greffons (1 539 ha, -2 %). Autre diminution inquiétante, celle de la profession même de pépiniéristes : 953 ayant été recensés sur la campagne 2015-2016, quand ils étaient 980 précédemment (-3 %).

Peau de chagrin

Mais ce sont surtout les résultats import/export qui inquiètent. En 2016, les premières tendances restent dans la lancée de 2015, témoignant d'une compétitivité mise à mal (cliquer ici pour en savoir plus). « Nous constatons depuis 4 à 5 ans que nos exportations se stabilisent sur un palier bas ; ce qui nous interroge au moment où les courbes d’importation progressent. Notre solde commercial se réduit comme peau de chagrin » glisse Miguel Mercier, le vice-président de la FFPV. N’hésitant pas évoquer un futur solde nul pour la balance commerciale des pépinières, il reste cependant optimiste sur le potentiel de rebond de la filière française. « Ce qui fait notre renom, c’est l’aspect sanitaire de nos plants. C’est notre seul atout par rapport aux distorsions de concurrence » conclut David Amblevert.

 

* : Réunissant actuellement 13 syndicats, la FFPV n’en réunira plus que 12 l’an prochain. Les syndicats de Midi-Pyrénées et du Languedoc-Roussillon ayant décidé de fusionner, dans la logique de la nouvelle région.

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé