LE FIL

Montée en gamme

Des Beaujolais-villages avec noms de communes dès la récolte 2016

Mercredi 14 septembre 2016 par Juliette Cassagnes

Le territoire des Pierres dorées en Beaujolais est surnommé « la petite Toscane française » eu égard à la couleur de la pierre des constructions et des paysages.Le territoire des Pierres dorées en Beaujolais est surnommé « la petite Toscane française » eu égard à la couleur de la pierre des constructions et des paysages. - crédit photo : InterBeaujolais
Dès la récolte 2016, imminente, les vignerons du Beaujolais auront la possibilité de produire des Beaujolais « Pierres dorées » et des Beaujolais-villages communaux. Explications.

Le nouveau bureau de l'ODG des Beaujolais - Beaujolais-villages souhaite poursuivre et avancer dans la stratégie de montée en gamme initiée il y a quelques années. Dès la récolte 2016, toute proche, il a été demandé aux vignerons de l'appellation Beaujolais-villages qui le peuvent, de créer des cuvées spécifiques communales. L'idée est, sur les terroirs et les vignes à plus forts potentiels, d'isoler et de vinifier séparément ces raisins par commune, « selon un itinéraire technique correspondant à des vins de garde », afin ensuite de pouvoir les déclarer et les valoriser en Beaujolais-villages complété du nom de la commune. « Nous n'en faisions pas usage jusqu'à présent mais nous y avons droit », précise David Ratignier, de l'ODG.

Des Beaujolais-villages « Quincié », « Beaujeu », « Lantignié » ou encore « Côte Sainte-Marie » pourraient par exemple être commercialisés, d'ici quelques mois, sur ce principe. « Actuellement, 30 communes pourraient y prétendre, mais à terme, toutes ne seront pas retenues et certains noms seront issus de regroupements de terroirs, indique le responsable professionnel. Seule une dizaine de noms devrait finalement être conservée ». Outre cette liste des dénominations possibles, les élus professionnels comptent élaborer un cahier des charges spécifique, contenant des règles de production à la vigne et au chai.

La production potentielle de ces Beaujolais-villages communaux est d'environ 100 000 hectolitres, mais pour cette première année, celui-ci espère atteindre un volume compris « entre 10 000 et 15 000 hectolitres ». « Le marché est en attente de nouveautés et d'un renouvellement de l'offre, a argumenté David Ratignier, lors de la réunion prévendange du 7 septembre 2016, pour achever de convaincre ses collègues viticulteurs. De plus, écouler et mieux valoriser une partie de la production de l'appellation sous cette forme permettra de diminuer les volumes déchargés en Beaujolais nouveau ».

Construction de pyramide

La section de l'appellation Beaujolais a elle aussi son projet de montée en gamme, mais encore plus avancé. Dès 2016, les viticulteurs dont les parcelles sont situées sur les 51 communes référencées pourront utiliser la marque collective « Beaujolais pierres dorées » pour leurs bouteilles de Beaujolais « de garde » (donc hors « nouveaux »). « Les itinéraires techniques et les prix seront bien entendu différents entre les deux, a expliqué Jean-François Garlon, vice-président de l'ODG. Nous complétons la gamme, en l'étirant vers le haut ». Une dégustation collective de ces futurs vins, rouges et blancs, est prévue en février 2017 afin de savoir lesquels auront droit à la nouvelle dénomination.

L'idée de ces deux projets : stopper l'amalgame, dans la tête des consommateurs, entre les vins primeurs et les autres, en sortant ces derniers de la marque ombrelle « Beaujolais nouveau », et en leur montrant que « d'autres vins sont possibles ». 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé