LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Alchimie

Un breuvage à base de betterave né au cœur de Manhattan

Dimanche 28 août 2016 par Marion Sepeau Ivaldi

Un peu plus clair qu'un vin rouge, s'approchant plus du Clairet, le breuvage à base de betterave créé par le Betony.
Un peu plus clair qu'un vin rouge, s'approchant plus du Clairet, le breuvage à base de betterave créé par le Betony. - crédit photo : Betony
Il se présente, sans complexe, sous le nom de « vin de betterave », est sans alcool et aurait le goût du pinot noir.

« Il ressemble à du vin, sent comme le vin, a le goût du vin » écrit  Khushbu Shah, dans Mic. Elle rapporte que Eamon Rockey, directeur du Betony, un étoilé michelin de Manhattan a décidé de créer un breuvage semblable au vin mais sans alcool, après s’être longuement désolé de voir ses clients non consommateurs d’alcool se jeter sur les sodas. Si l’intention est louable, chacun appréciera la réponse à la recette de ce « vin de betterave » (ndlr : nous hésitons à employer le mot vin, vu que la boisson ne contient pas les 8,5° d’alcool réglementaire). Prenez un bon jus de betterave rouge, ajoutez du jus de pomme pour l’acidité, et du thé oolong pour les tannins (et donner la signature du pinot noir, selon Eamon Rockey) : voilà le travail de fait, le secret étant dans le processus de clarification et les proportions.

Ou avec des myrtilles ?

Cette mixture n'est pas anecdotique. Khushbu Shah nous apprend qu’Eamon Rockey n’est pas le seul à avoir voulu imiter l’inimitable divin breuvage. Nick Duble, le directeur d’Atera à New-York, a mis au point une recette de faux-vin à partir de betterave rouge et de myrtille. Il l’a baptisé, avec un raffinement douteux, « Côte de Beet » (ndlr : beet veut dire betterave en anglais). 

Heureusement, le vin est protégé par la législation...

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé