LE FIL

Impayable ANPAA

Mardi 16 août 2016 par Alexandre Abellan

Impayable ANPAA - crédit photo : Vin & Société

Pas de vacances pour les hygiénistes ! Au détour de la trêve estivale, l'Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (l'ANPAA) lance une nouvelle attaque en règle contre Vin & Société. Remettant une couche après la campagne de décembre à l'encontre du slogan « le vin, je l'aime, je le respecte » –, l'ANPAA estime que « les preuves s'accumulent et que Vin & Société désinforme ».

Se fondant sur une récente étude néo-zélandaise, reliant la baisse du risque de cancer et la faible consommation d'alcool (soit 70 à 140 g/semaine), le lobby hygiéniste estime « incontestable, sur la base d'une méta-analyse de grande ampleur, le lien entre la consommation d'alcool et le cancer (oropharynx, larynx, œsophage, foie, côlon, rectum et sein) ». Loin de mettre un point final au débat, cette étude peut d'emblée se voir opposer la bibliographie annuelle réalisée par... Vin & Société. Cette autre méta-analyse nuance le sujet, en soulignant que la communauté médicale ne fait pas le consensus sur les liens entre la consommation de vin et le développement d'un cancer. Les corrélations étant, selon les publications, soit négatives, soit neutres, soit positives.

Hors débat sur la généralisation d'études « statistiquement significatives », la mise en scène de leurs conclusions tient davantage de la foi du charbonnier que de la réflexion scientifique. En la matière, « moins l'on boit, mieux c'est » constitue le mantra défendu corps et âme par l'ANPAA (en référence aux programmes de l'Organisation mondiale de la Santé). Position à laquelle le vignoble s'oppose en préconisant une consommation modérée, aussi bien pour protéger son activité agro-économique que la culture de partage et de plaisir qui en découle.

Loin d'être anecdotique, ce leitmotiv hygiéniste sur la nécessaire réduction de la consommation d'alcool fait son chemin auprès des pouvoirs publics. Jusque dans le dernier rapport de la Cour des comptes qui préconise rien de moins que la réouverture du débat sur la fiscalité des vins et la mise en place d'un prix minimum. Ne perdant pas la main pendant les vacances, l'Anpaa annonce de prochaines confrontations avec la culture du vin. Que la filière viticole soit sur ses gardes, avec l'ANPAA ce n'est pas à un débat scientifique qu'il faut s'attendre, mais à du pur lobbying. Mais que les hygiénistes le veuillent ou non, le lobbying du vin est hautement culturel. En trinquant, l'exclamation reste invariablement : santé !

Tags : Santé

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Thomas Gueller Le 25 août 2016 à 13:44:46
La logique voudrait que les anti aient comme objectif de disparaître, exemple que le cancer disparaisse et la ligue anti-cancer avec. Oui, mais, il y a des sous, des emplois, de la médiatisation derrière, donc tant que l'ANPAA sera subventionnée outrageusement par les pouvoirs publics, elle trouvera toujours que l'on boit trop. On ne boirait plus du tout, elle expliquerait que sa mission continue car on y pense encore !
jean Le 17 août 2016 à 17:44:29
Les excellentes synthèses faites depuis plus d'un an par V et S sur les nombreuses études scientifiques en rapport avec la consommation de vin ont été très, très , très peu relayées par qui que ce soit. C'est déjà bien d'en parler à propos des campagnes ANPAA, elles très largement subventionnées et très, très , très bien relayées par la presse générale... Mais qu'attendent les interprofessions viticoles et les nombreux médias du secteur pour donner aux études de V et S, peu subventionnées et relayées , sinon le même , au moins une partie du retentissement que celui qu'on donne à l'ANPAA pour ses prophéties de malheur ?
rol Le 17 août 2016 à 11:40:40
Le titre de cet edito est totalement FAUX; Car titré IMPAYABLE , alors que l'Anpaa déclare une recette pour 2015 de 100MILLIONS euros et redistribue...... 41 MILLIONS de de salaires..??????....pour quoi faire ..???? Confondre et assimiler Vin et Alcool .... et pourtant il y a bien quelqu'un qui paye....c'est .....VOUS..!!!
Jules Espédaillac Le 17 août 2016 à 09:49:56
Que les pouvoirs publics financent la recherche médicale plutôt que ces fanatiques de l'ANPAA ! Ces cavaliers de l'Apocalypse à la figure de plus en plus triste, raisonnent - et résonnent - non pas comme des tambours mais comme des combattants d'un puritanisme fanatique . A se demander s'ils n'ont pas signé un pacte secret - et rémunérateur ! - avec d'autres illuminés qui se sont donné la mission de régenter le monde. Ras le hanap de ces zozos !
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé