LE FIL

Fraîcheur troglodyte

Ackerman hors cadre

Dimanche 24 juillet 2016 par Marion Sepeau Ivaldi
Article mis à jour le 01/08/2016 09:18:33

Le camion d'Ackerman propose de découvrir la marque et ses vins.
Le camion d'Ackerman propose de découvrir la marque et ses vins. - crédit photo : Ackerman
Cet été Ackerman porte sa marque à bord d’un camion noir. Une première pour la Maison qui est parmi les pionnières en matière d’oenotourisme.

A l’arrivée sur le parking devant les caves Ackerman, le hennissement d’un cheval accueille le visiteur. Pas de doute, on est bien à Saumur où le Cadre noir et les caves troglodytes scellent l’image d’une ville fluviale entre équitation et effervescence. Le visiteur accueilli dans le caveau de vente est rapidement orienté vers la fameuse visite "Voyage au Centre de la Bulle", au cœur du développement oenotouristique d’Ackerman. La marque emmène le visiteur dans un dédale de galeries de tuffeau, aux hauteurs spectaculaires. Mais, cette année, comme pour contrebalancer, ce voyage souterrain et caché qui attire 36 000 visiteurs chaque année, elle a décidé de quitter Saumur au volant de son camion.

"C’est un outil pour l’ancrage de notre marque dans le Grand-ouest."


Durant l’été, le camion fait des haltes régulières sur les marchés, les marchés gourmands mais aussi quelques festivals de musique sur les Côtes vendéennes, en Pays de Loire et en Bretagne. « Ce camion s’intègre dans la stratégie d’aller à la rencontre de nos consommateurs et de leur proposer une expérience délocalisée et itinérante de nos produits » explique Serge Dubreuil, qui a piloté le projet Vinotour. Le camion offre la possibilité de déguster des produits dans un but pédagogique en livrant des informations sur l’histoire de la Maison Ackerman, les cépages, le terroir… Les chalands peuvent acheter les vins à la bouteille et profiter des chaises et des tables disposées devant le camion. « Cette expérience prolonge l’implication d’Ackerman depuis environ sept ans auprès de différents festivals musicaux » souligne Serge Dubreuil. En attendant, le bilan à la fin de l’été d’une telle opération ayant pour vocation de faire connaître la marque, Serge Dubreuil s’interroge sur comment faire vivre le camion hors de la période estivale. « C’est un outil pour l’ancrage de notre marque dans le Grand-ouest. Nous cherchons comment il pourrait entrer dans des lieux de convivialité » explique Serge Dubreuil.

Tablettes numériques

Si Ackerman file sur les routes nationales de l'Ouest, la Maison améliore aussi son parcours de visite des caves troglodytes. Et la grande nouveauté est l’arrivée de tablettes tactiles pour accompagner le parcours de visite. Réalité augmentée, quizz, vidéos : l’outil numérique vient enrichir la visite et lui donner une dimension encore plus ludique. « Mais cela ne remplace pas l’humain. Nous sommes très attachés à la convivialité et nous voulons offrir à nos clients une vraie rencontre » souligne Marin Burnand, responsable du Cellier et de l'oenotourisme. A terme, la tablette va permettre à Ackerman de personnaliser l’accueil. « A travers le quizz, nous serons en mesure d’orienter les visiteurs vers leurs profils produits de prédilection lors de la dégustation qui clôture le parcours » précise Marin Burnand.
Ce point d’orgue de la visite qu’est la dégustation est précédé d’un moment tout aussi singulier : celui de la présentation des deux œuvres modernes et monumentales. L’objectif est d’offrir une autre expérience de visite et de sublimer le patrimoine troglodyte des caves cathédrales d’Ackerman. « En partenariat avec Fontevraud La Scène, nous avons créé une résidence d’artistes » explique Julien Goudeau, responsable Tourisme et relation publique. Fontevraud La Scène est chargée de la sélection de l’artiste en résidence qui réalisera une œuvre exposée dans les caves pour une durée de trois ans. Ackerman met à disposition l’espace et accompagne le financement du projet. C’est Julien Savaud qui a étrenné l’expérience en 2015 en réalisant « Fleuve Céleste », des fils de cotons blancs tendus à même la paroi et éclairés par de la lumière noire. Le résultat est saisissant. Cette année, c’est Vincent Mauger qui a été sélectionné. « Monument synthétique » est une œuvre faite de caisses de plastique qui exploite la hauteur de la cave pour produire une sculpture aux volumes changeants.

Vers une offre VIP

Le développement oenotouristique d’Ackerman passe aussi par la création d’une offre haut de gamme. Alors que la marque a opéré, depuis plusieurs années, le lancement de plusieurs produits premium, son offre d’accueil doit aussi accompagner ce virage. « Nous sommes en train d’élaborer des packages comprenant à la fois la visite de nos caves, mais aussi des activités culturelles, des croisières en gabares, des accords mets et vins de haut niveau. L’idée est de décliner l’art de vivre ligérien » explique Julien Savaud. Le développement est aussi l’affaire de spectacles. Comme celui de Cheval en cave où Isia Le Goff, 21 ans propose un spectacle de dressage équestre durant six dates de ce mois de juillet. En cave et hors cave, le hennissement n’est jamais loin des caves Ackerman.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé