LE FIL

Trilogie, suite et fin...

Michel Chapoutier confirme la « fiabilité des indicateurs économiques de l'interprofession »

Jeudi 07 juillet 2016 par Juliette Cassagnes

Michel Chapoutier, actuel président d'InterRhône, a été contraint de réagir suite aux propos d'Etienne Maffre, à la demande de Philippe Pellaton
Michel Chapoutier, actuel président d'InterRhône, a été contraint de réagir suite aux propos d'Etienne Maffre, à la demande de Philippe Pellaton - crédit photo : J Cassagnes
Poussé par Philippe Pellaton, président du syndicat des Côtes-du-Rhône, Michel Chapoutier, président d'InterRhône, apporte des explications complémentaires et « tempère » les paroles d'Etienne Maffre à propos de la supposée mauvaise représentativité des cotations interprofessionnelles.

Après Etienne Maffre et Philippe Pellaton, c'est au tour de Michel Chapoutier, président de l'interprofession, de s'exprimer au sujet de la représentativité des cotations interprofessionnelles : « Les indicateurs économiques interprofessionnels sont fiables et sont extrêmement importants », affirme ce dernier.

Cette déclaration fait suite à la demande pressante de la part de Phillippe Pellaton, qui souhaitait entendre Michel Chapoutier « démentir » les propos tenus par Etienne Maffre la semaine dernière. Dans une interview accordée à Vitisphere, celui-ci les remettait en cause, dénonçant une « anomalie forte » concernant le calcul des cours interprofessionnels.

Le président d'InterRhône souhaite, par ailleurs, réaffirmer que les prix d'acomptes pratiqués par les opérateurs sont tout à fait « représentatifs de la réalité » et qu'il n'y a finalement qu'un très faible différentiel entre le prix final de ces contrats et les cotations moyennes communiquées par l'interprofession. « Calculés selon une règle de trois, ils sont justes et adaptés à la baisse ou à la hausse au fur et à mesure de l'évolution des mercuriales, explique celui-ci. Ce système d'acompte est probablement le meilleur et s'inscrit dans une démarche de contractualisation, par ailleurs encouragée dans les accords interprofessionnels ».

Un exemple extrême pour alerter du risque

Pour Michel Chapoutier, Etienne Maffre a donc tout simplement voulu « alerter » l'opinion vis-à-vis des risques de dérapages éventuels induits par cette pratique de plus en plus importante des contrats sur base d'acomptes non pris en compte dans les calculs des cotations. « Pour illustrer ce risque, il a pris l'exemple du cas extrême, avec des prix à 120€/hl, en forçant le trait ; il s'agissait juste de prévenir et de dire : soyez vigilant là-dessus, précise celui-ci. C'est en effet le rôle de chaque famille d'alerter... ».

La pratique de ce type de contrats « montant en puissance », celui-ci s'est également déclaré favorable et déterminé à ce que ces volumes soient dorénavant pris en compte dans le calcul des cotations interprofessionnelles et ce, dès cette campagne. 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé