Accueil / Politique / Goudron dans le Layon, la Fédération viticole perd en référé

Val de Loire
Goudron dans le Layon, la Fédération viticole perd en référé

Les vignerons angevins qui s'opposaient à l'installation d'une centrale d'enrobé dans une carrière au coeur du vignoble du Layon, n'auront pas eu gain de cause. En tout cas, dans un premier temps.
Par Patrick Touchais Le 27 juin 2016
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Goudron dans le Layon, la Fédération viticole perd en référé
Dans son ordonnance, le juge a considéré que les vignerons n’avaient pas apporté suffisamment d’éléments concernant les effets néfastes de la centrale sur la vigne. - crédit photo : DR
L

e juge des référés du Tribunal administratif de Nantes a rejeté la demande de la Fédération viticole de l’Anjou, qui avait attaqué l’arrêté préfectoral autorisant l’exploitation de cette unité mobile, installée pour la réfection de l’A 87 (Angers-La Roche-sur-Yon).

L’activité, qui nécessite donc une autorisation administrative, avait été validée par arrêté préfectoral en date du 15 avril pour six mois renouvelables, provoquant la colère des vignerons dont les parcelles sont proches, et qui craignaient les odeurs d’hydrocarbures au moment de la floraison en particulier. Sans parler de l’image du vignoble, au moment où se lance la saison touristique.

La bataille n'est pas finie

Dans son ordonnance, le juge a considéré que les vignerons n’avaient pas apporté suffisamment d’éléments concernant les effets néfastes de la centrale sur la vigne. Et, second argument, l’urgence n’avait plus vraiment d’objet, puisque l’entreprise – la  Société rennaise de travaux publics – avait programmé un démontage de l’unité pour le 5 juillet.

Désormais, l’affaire devra être jugée sur le fond d’ici quelques mois, au-delà du référé. La Fédération viticole de l’Anjou et les vignerons repartiront à la bataille pour s’opposer à de telles installations dans le vignoble. Avec un argument de poids : il y a quatre ans, un même projet avait été rejeté après enquête publique. A l’époque, la conclusion était sans équivoque : “incompatibilité entre l’activité de centrale d’enrobé et l’activité viticole”.

 

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé