LE FIL

Dans les tuyaux

Une nouvelle association interprofessionnelle pour les Côtes-du-Rhône bio en projet

Vendredi 24 juin 2016 par Juliette Cassagnes

Entre 2014 et 2015, la Vallée du Rhône a perdu 1200 hectares de surfaces de vigne certifiées bio et 90 producteurs.
Entre 2014 et 2015, la Vallée du Rhône a perdu 1200 hectares de surfaces de vigne certifiées bio et 90 producteurs. - crédit photo : J Cassagnes
Pour structurer la représentation professionnelle et mieux piloter la production et la commercialisation des Côtes-du-Rhône et Côtes-du-Rhône villages bio, les viticulteurs de l'appellation souhaitent monter une association interprofessionnelle avec le négoce de la Vallée du Rhône.

Les viticulteurs de la Vallée du Rhône veulent créer une association interprofessionnelle pour les Côtes-du-Rhône bio, à l'image de ce qui existe déjà et « qui fonctionne » pour d'autres vignobles, comme le Languedoc-Roussillon avec Sud Vin bio. Pour avancer sur le dossier, un groupe de travail interne au Syndicat des Côtes-du-Rhône a été créé, à l'initiative de Denis Guthmüller, président de la cave Cécilia, de Sainte-Cécile, et viticulteur élu membre de la commission économie.

Les viticulteurs réfléchissent à une adhésion à France Vin Bio, la fédération des interprofessions des vins biologiques. Ils prévoient par ailleurs de rencontrer prochainement leurs homologues du Languedoc-Roussillon, afin d'étudier plus précisément le fonctionnement d'une telle structure. Ils souhaitent par ailleurs y intégrer le négoce régional : « Quand nous aurons un cadre et un projet plus avancés, nous irons faire une proposition à l'UMVR (Union des maisons de vins du Rhône) », précise Denis Guthmüller. Celui-ci espère pouvoir aussi, à terme, rassembler dans cette structure l’ensemble des appellations de la vallée du Rhône.

Si tout se déroule comme prévu, la future interprofession devrait voir le jour après les vendanges 2016, dans le courant de l'hiver 2016-2017.

Anticiper une pénurie de vin bio dans les années à venir

Cette nouvelle instance aura comme objectif d'organiser et de mieux piloter la production et les marchés pour ces vins, dont l'équilibre économique n'est toujours pas atteint. Les producteurs peinent à trouver des débouchés pour l'ensemble des volumes produits, les obligeant à un déclassement en « conventionnel », moins bien valorisé. Certains finissent même par renoncer à en produire... « Des déconversions massives risquent, dans les années à venir, de créer une situation de pénurie et d'affoler les marchés, explique Denis Guthmüller. Il faut construire une offre vrac et conditionnée pérenne et cohérente pour les années à venir », poursuit celui-ci.

La production de Côtes-du-Rhône et Côtes-du-Rhône villages bio a en effet enregistré entre 2014 et 2015 une baisse de l'ordre de 25%, pour un nombre de producteurs d'environ 170 actuellement.  Un nombre qui risque encore de diminuer d'ici fin 2016 aux vues des attaques de Black rot qui continuent de sévir dans les vignes. 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé