LE FIL

Herbicides

132 produits à base de glyphosate et tallowamine retirés du marché français

Mardi 21 juin 2016 par Christelle Stef

L'Anses a retiré les AMM de 132 herbicides à base de glyphosate formulés avec de la tallowamineL'Anses a retiré les AMM de 132 herbicides à base de glyphosate formulés avec de la tallowamine - crédit photo : Christelle Stef
Le 20 juin, l’Anses a retiré les autorisations de mise sur le marché de 132 herbicides à base de glyphosate formulés avec de la tallowamine.

L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) avait annoncé la couleur en avril dernier. C’est désormais chose faite. Le 20 juin, elle a retiré les Autorisations de Mise sur le Marché (AMM) de 132 herbicides à base de glyphosate et de tallowamine. « Les décisions vont être publiées prochainement produit par produit sur le site de l’Anses », précise Elena Seité, l’attachée de presse de l’Agence. Ces produits étaient pour la plupart homologués pour des utilisations professionnelles. 29 d’entre eux l’étaient pour les jardins amateurs.

« Certains produits commercialisés sous la marque Roundup sont concernés mais également d’autres vendus sous le nom de glyphosate, ou d'autres noms de marque », indique Elena Seité.

Ecoulement des stocks

Des délais d’écoulement des stocks ont été prévus. Pour les produits à usage professionnel, la date de fin de commercialisation a été fixée au 31 décembre 2016 et celle de fin d’utilisation au 31 décembre 2017. Pour les produits à usage amateur, la date de fin commercialisation a été fixée au 30 septembre 2016 et celle de fin d’utilisation au 31 décembre 2016.

Ces décisions font suite au réexamen des AMM de ces produits. « Des risques inacceptables, notamment pour la santé humaine, ne pouvant être exclus pour ces produits, les conditions prévues à l’article 29 du règlement européen ne sont pas vérifiées », indique le communiqué de l’Anses. D’où le retrait de ces herbicides…

La France s’opposera à la ré-homologation du glyphosate

Le sort du glyphosate est toujours en suspens. Son autorisation européenne expire à la fin du mois de juin. La question de son renouvellement fait toujours l’objet de vifs débats. Et à ce jour les Etats-Membres n’ont pas réussi à se mettre d’accord. Le 24 juin, un comité d’appel doit procéder à un nouveau vote. Il devrait se prononcer sur le prolongement de 12 à 18 mois de l’autorisation actuelle, assorti de diverses recommandations. Ségolène Royal, la ministre de l’Environnement, a d’ores et déjà annoncé que la France votera contre.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé