LE FIL

Cognac

Hennessy subventionne les premiers diagnostics d’effluents (de ses livreurs)

Vendredi 03 juin 2016 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 28/06/2016 13:44:50

La convention a été signé sur le site de La Bataille à trois plumes, celles de Christophe Forget (vice-président de la Chambre d'Agriculture de Charente-Maritime), Florent Morillon (directeur des relations amont Hennessy) et Xavier Desouche (président de la Chambre d'Agriculture de Charente).La convention a été signé sur le site de La Bataille à trois plumes, celles de Christophe Forget (vice-président de la Chambre d'Agriculture de Charente-Maritime), Florent Morillon (directeur des relations amont Hennessy) et Xavier Desouche (président de la Chambre d'Agriculture de Charente). - crédit photo : LVMH (Christophe Mariot)
Pour faire force d’entraînement, la maison va financer 25 % du coût d’étude préalable à toute mise aux normes. Une initiative privée en complément à l’accord cadre collectif pour les eaux du bassin.

Ne manquant pas une occasion pour appeler ses livreurs à pratique une viticulture durable, Hennessy vient de joindre le geste à la parole. En signant ce 2 juin une convention avec les Chambres d’Agriculture de Charente et Charente-Maritime, la maison va en effet mettre la main à la poche. Concrètement, elle va accompagner financièrement les premiers de ses viticulteurs à réaliser un diagnostic de leurs systèmes de gestion des effluents viti-vinicoles. Préalable aux mises aux normes actées par l’accord cadre interprofessionnel de l’été 2015, un tel diagnostic est déjà subventionné à 50 % par l’Agence de l’Eau et les Chambres d’Agriculture. Hennessy en subventionnera 25 % supplémentaires, pour cent de ses apporteurs dans un premier temps. Le coût moyen d’un tel diagnostic étant estimé à 800 euros, un vigneron apporteur débourserait 200 € (et la maison débourserait au global 20 000 €).

Traitement des effluents phytos et organiques

Cette convention privée s’inscrit dans la continuité de l’accord cadre entériné en juillet dernier par le Bureau National Interprofessionnel de Cognac. En vigueur jusqu’en 2018, ce dispositif subventionne les mises aux normes des outils de gestion des effluents phytosanitaires (aires de remplissage et de lavage des pulvés, récupération et traitements des phytos…) et des effluents organiques (séparation des eaux pluviales et des eaux usées, collecte et le stockage des effluents…). Ceci afin d’améliorer la qualité des eaux superficielles et souterraines charentaises. L’objectif est de traiter 80 % des effluents organiques.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé