LE FIL

Vinobusiness

Le procès De Boüard contre Saporta commence le 9 juin

Jeudi 02 juin 2016 par Alexandre Abellan

Pour réaliser son livre et un documentaire, Isabelle Saporta a suivi pendant un an Hubert de Boüard. C’est désormais lui qui la poursuit.
Pour réaliser son livre et un documentaire, Isabelle Saporta a suivi pendant un an Hubert de Boüard. C’est désormais lui qui la poursuit. - crédit photo : Patrice Normand/Château Angélus
Dans une semaine s’ouvre le procès au pénal du copropriétaire d’Angelus à l’encontre de la journaliste d’investigation, deux ans après la publication de son enquête.

D’aucuns ont oublié depuis belle lurette cette affaire, mais l’affront des critiques est resté suffisamment vif à Saint-Emilion pour qu’elle ne soit pas abandonnée. Ce 9 juin à 13h30 s’ouvre à la dix-septième chambre du tribunal de Grande Instance de Paris le procès du livre Vino Business. Publié en mars 2014, l’essai a été immédiatement poursuivi pour diffamation publique par Hubert de Boüard de Laforest, le copropriétaire du château Angélus (premier grand cru classé A de Saint-Emilion). Une plainte lancée à l’encontre de l’auteure de Vino Business, Isabelle Saporta, et de son éditeur, Albin Michel, pour des accusations jugées infondées sur le classement des grands crus de Saint-Emilion révisé en 2012 (comme le résumait en mars 2014 le cabinet Havas Worldwide). Ne souhaitant plus commenter cette procédure, Hubert de Boüard élude, sans en démordre : « je ne crains rien de ce procès. C’est moi qui ai été insulté ! »

A LIRE AUSSI

Classement des Vins de Saint-Emilion
Hubert de Boüard attaque en diffamation Vino Business
Désaccords TV et vins
Morceaux choisis de la soirée Vino Business

"S’il s’attendait à un publi-reportage, je comprends qu’il ne soit pas content"

Se disant également sereine, Isabelle Saporta maintient de son côté tout ce qu’elle a écrit : « il n’y a pas une information que j’enlèverai aujourd’hui ! J’ai toutes les preuves sur les présences de Hubert de Boüard à des réunions cruciales, sur sa qualité de consultant pour des châteaux classés… Et la plus-value de son foncier est connue de tous » assure-t-elle. Après les premiers échanges d’offres de preuves, la journaliste passera à la barre la semaine prochaine. Elle appellera pour sa défense trois témoins : deux propriétaires de châteaux déclassés (Hubert Boidron de Corbin-Michotte et Pierre Carle de Croque-Michotte, qui ont fait appel du maintien du classement de Saint-Emilion) et le blogueur Jacques Berthomeau (ancien Directeur de cabinet du Ministre de l’Agriculture).

« Je ne comprends pas qu’Hubert de Boüard dise que je nuis au classement, et qu’il remette une pièce dans le juke-box pour raviver la polémique » glisse Isabelle Saporta. Il s’agit pour elle de son deuxième procès pour le livre Vino Business. Le premier l’opposait au négociant Patrick Baseden, débouté en octobre 2014.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Boidron Le 03 juin 2016 à 12:27:29
J'ai l'honneur de pouvoir témoigner de la vérité. J'attends ce jour libérateur depuis trois ans. Cela sera un grand jour pour Saint Emilion et pour la Justice.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé