Accueil / Commerce/Gestion / Wine Lister, le site pour départager le fin du fine wine

Relevé de notes
Wine Lister, le site pour départager le fin du fine wine

Proposant une synthèse aussi sélective qu'objective des données disponibles sur un vin premium, le site propose une note sur 1 000 estimant performance et potentiel commerciaux.
Par Alexandre Abellan Le 20 mai 2016
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Wine Lister, le site pour départager le fin du fine wine
Limitée à 2 000 vins premiums pour le lancement de son algorithme, la base de données de Wine Lister devrait en attendre 5 000 dans l’année. - crédit photo : Wine Lister
A

u terme de quatre ans de réflexions, la plate-forme en ligne Wine Lister a ouvert la semaine dernière. Avec l’ambition, intacte, de proposer une notation opérationnelle des marques aux professionnels du vin. Du distributeur souhaitant optimiser son portefeuille au vigneron soucieux du positionnement d’un millésime (ou de celui de son voisin), le site anglais propose aujourd’hui une notation de 2 000 étiquettes premium. Soit un indicateur permettant de comparer les forces et faiblesses commerciales de chacun.

Le but est de fournir une vue d’ensemble


À l’origine de ce projet, Ella Lister, qui a travaillé dans l’investissement bancaire avant de devenir journaliste spécialisée dans le vin. Une double expérience qui l’a conduite à un constat simple : l’absence « de source d’informations sophistiquée donnant une vue d’ensemble du marché et des catégories des fine wines ». Pour pallier ce manque, elle a donc fait développer un algorithme agrégeant des données aussi bien qualitatives qu’économiques.

Partenariats

Confidentiel dans le détail, le fonctionnement de l’algorithme paraît simple dans son idée générale, calculant une note en fonction de la qualité, de la notoriété et des performances économiques d’une étiquette et d’un millésime donnés. Prioritaire, le critère qualitatif est estimé par la note moyenne de trois critiques représentatifs de marchés clés. Ces partenaires sont Michel Bettane et Thierry Desseauve pour la France, Jancis Robinson MW pour le Royaume-Uni et Antonio Galloni pour les États-Unis.

La notoriété de la marque s’appuie sur le référencement mondial des cartes de vins des restaurants étoilés et/ou récompensés pour leurs caves. « On croise le nombre d’apparitions d’un vin sur ces cartes, ainsi que le nombre d’étiquettes par carte », glisse Ella Lister. Cet indice de réputation est peaufiné par l’analyse des recherches réalisées sur le site Wine-Searcher (partenaire de Wine Lister).

Quant à la force économique d’un vin, elle est d’abord mesurée via les résultats de ventes aux enchères (en partenariat avec le Wine Market Journal), et plus généralement par le prix de vente moyen (fourni par Wine Owners, à partir des listes retravaillées de Wine-Searcher pour être plus représentatif). Le prix, notamment par sa performance et sa stabilité, « est un critère très important pour une classification. Le classement de 1855 en témoigne », conclut Ella Lister.

Une note sur 1 000

Au final, l’algorithme fournit une note sur une échelle de 1 000 points qui se veut dix fois plus précise que la traditionnelle notation sur 100. La note est mise à jour en fonction des données fournies (rythme hebdomadaire pour les prix, plus ponctuellement pour l’arrivée des critiques). Si les notes du site Wine Lister sont en accès libre, leur détail (notamment par millésime – le site en recensant 10 par étiquette – sur un historique de huit ans) nécessite un abonnement (aujourd’hui fixé à 90 livres par an ou 10 livres par mois). Le site propose également à ses abonnés des données complémentaires, les « wine lister indicators », compilant des statistiques et des interviews pour conseiller des bons rapports qualité-prix, les références indispensables, etc.

Le top 20 de Wine Lister, ce 20 mai

Sans surprise, le classement est dominé d'emblée par les vins du domaine de la Romanée Conti. Mais aux côtés de cuvées françaises, espagnoles et italiennes mythiques se trouvent des étiquettes du Nouveau Monde qui n'ont pas à rougir (ne serait-ce qu'en terme de prix moyen relevé) :

1. Domaine de la Romanée Conti, La Tâche (Côte de Nuits), 983 points à 2 175 euros la bouteille ;

2. Petrus (Pomerol), 978 points à 1 941 €/col ;

3. Salon, Le Mesnil (Champagne), 975 points à 389 €/col ;

4. Giacomo Conterno, Monfortino Riserva (Barolo), 973 points à 567 €/col ;

5. Domaine de la Romanée Conti, Richebourg (Côte de Nuits), 972 points à 1 327 €/col ;

6. Screaming Eagle, Cabernet sauvignon (Napa Valley), 971 points à 2 433 €/col ;

7. Penfolds, Grange (South Australia), 970 points à 369 € ;

8. Domaine de la Romanée Conti, Romanée-Saint-Vivant (Côte de Nuits), 968 points à 1 023 €/col ;

9. Dominus Estate, Dominus (Napa Valley), 965 points à 158 €/col ;

10. Château D'Yquem (Sauternes), 964 points à 1 495  €/col ;

11. Bodegas Vega Sicilia, Unico (Ribera del Duero), 963 points à 274 € ;

12. Harlan Estate, Proprietary Red (Napa Valley), 962 poins à 680 €/col ;

13. Ridge Vineyards, Monte Bella (Central Coast) 962 points à 142 € ;

14. Domaine de la Romanée Conti, Montrachet (Côte de Beaune), 961 points à 3 489 €/col ;

15. Château Mouton-Rothschild (Pauillac), 960 points à 444 €/col ;

16. Domaine Leflaive, Chevalier-Montrachet (Côte de Beaune), 960 points à 459 €/col ;

17. Château Rayas (Châteauneuf-du-Pape), 960 points pour 284 €/col ;

18. Krug, Clos du Mesnil (Champagne), 960 points pour 887 €/col ;

19. Château Haut-Brion (Pessac-Léognan), 959 points pour 372 €/col ;

20. Domaine Armand Rousseau, Chambertin (Côte de Nuits), 958 points pour 1 056 €/col.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé